Amendes pour délais de paiement entre sociétés : l’UDE-MEDEF en appelle au préfet

Le MEDEF-Guadeloupe ne comprend pas que les entreprises soient verbalisées pour non-respect des délais de paiement entre elles. Alors que les collectivités battent des records dans ce domaine.

L’UDE-MEDEF Guadeloupe avait déjà saisi le directeur de la DIECCTE à propos de ces amendes infligées à plusieurs entreprises. Cela concernait en fait, les délais de paiement inter-entreprises. Cette démarche est restée sans réponse. D’où ce courrier adressé cette fois au préfet de région Philippe Gustin, afin qu’il s’inquiète de cette affaire. « Nous nous interrogeons sur la différence de traitement entre les collectivités locales qui amoncellent des dettes envers les entreprises et le sort qui nous est réservé ». Voilà ce qu’a écrit en substance Bruno Blandin, le président de l’UDE au représentant de l’Etat.

Refus de la DGCCRF

Par ailleurs, le MEDEF-Guadeloupe n’a pas manqué de rappeler que nos collectivités ne procèdent pas aux règlements dans les délais impartis. Ni au paiement des intérêts moratoires.  « Nos TPE et PME se voient aujourd’hui durement sanctionnées alors même qu’elles sont à jour de leurs charges sociales et fiscales », a ajouté Bruno Blandin. La DGCCRF de son côté, oppose une fin de non-recevoir aux demandes motivées d’annulation de ces amendes. Une position que l’UDE ne comprend pas, encore moins dans ce contexte de crise économique majeure.

Un climat déjà assez lourd

« Il nous parait inopportun de continuer à poursuivre les TPE/PME et d’exiger les amendes concernant ces retards de paiement inter-entreprises » a encore insisté Bruno Blandin. « Le tissu économique de la Guadeloupe est fragile et aura des difficultés à se remettre de cette crise. Malgré les mesures en place en leur faveur. Ne rajoutons pas au désarroi des chefs d’entreprises, la charge supplémentaire du paiement de ces amendes. Les conséquences pourraient s’avérer fatales pour elles et néfastes pour l’emploi » a conclu le président de l’UDE.