Ary Chalus veut construire avec tous les Guadeloupéens

Le président de région consulte les candidats aux dernières régionales sur la situation du pays. Une démarche appréciable.

An nou fèmé lawond’ pou palé dè zafè an nou. Le président de région Ary Chalus a fait sienne cette suggestion appuyée de Me Pierre-Yves Chicot pour ouvrir un nouveau chapitre en termes de gouvernance locale. Durant la semaine écoulée, l’exécutif régional a donc commencé à recevoir les candidats qui étaient en lice lors des dernières régionales. 5 cette semaine. Les autres suivront. Objectif, échanger avec eux sur la situation économique et sociale de la Guadeloupe.

Mettre en œuvre une nouvelle méthode

Des échanges qui se sont avérés particulièrement constructifs, avec un vrai sens de l’écoute et un respect mutuel, au-delà des bords politiques. Ainsi, se sont succédés dans cet espace de dialogue et de concorde dans l’intérêt du pays, Le député Max Mathiasin, Alain Plaisir du CIPPA, Sonia Pétro pour les LR, Olivier Nicolas, le 1er secrétaire de la fédération guadeloupéenne du PS, Eric Coriolan de Sentinelles Guadeloupe.

Rassembler une Guadeloupe éparse

Ces consultations vont se poursuivre après la présidentielle. De sorte que toutes les formations politiques de l’archipel puissent apporter leurs contributions sur l’état du pays Guadeloupe et les solutions à mettre en œuvre pour améliorer le quotidien de nos compatriotes. Mais surtout permettre un retour durable à la paix sociale.

C’est ainsi que tous les sujets ont été mis sur la table sans langue de bois. Le sort réservé par la justice « grands frères » transférés un à un dans des prisons de l’hexagone suite aux violences urbaines de fin 2021. Sans oublier les conséquences de la crise sanitaire et plus généralement les problématiques de santé publique en Guadeloupe.

Aucun sujet tabou

Autre sujet sensible, la taxe perçue par la Région sur les carburants dont la baisse est réclamée pour soulager les automobilistes qui subissent une flambée des prix à la pompe. Le dossier du chlordécone et le risque d’un non-lieu après la conclusion des investigations menées par le parquet de Paris, a aussi été abordé.

En clair, Il s’agit de faire émerger des propositions autour de problématiques liées à la crise sociale, sanitaire, la vie chère, le pouvoir d’achat, le prix du carburant ou encore les problématiques liées à la jeunesse.

Eloge du bon sens en politique

Cette méthode était l’un des engagements de campagne du président de Région Ary Chalus depuis son élection en 2015. Un engagement renouvelé pour sa 2ème mandature et qui se concrétise depuis le 4 avril 2022. Soit moins d’un an après son élection, par la réception des candidats aux dernières régionales de 2021.

Par la suite, l’ambition est d’étendre ces entretiens aux autres partis et mouvements politiques de l’archipel afin de nourrir le pluralisme des idées pour la mise en cohérence et l’efficience des politiques publiques.

A l’épreuve du faire ensemble

A l’issue de ces rencontres, l’exécutif régional proposera, avec l’accord de tous ces contributeurs, la mise en place d’une commission ad hoc extrarégionale afin de poursuivre ces échanges régulièrement et construire, avec TOUS, la Guadeloupe de demain.

Une ambition louable certes. Mais résistera-t-elle aux joutes politiques des échéances électorales à venir et aux postures qui y seront fatalement liées ? La Guadeloupe à l’épreuve du faire ensemble en politique. Chiche.