CANBT : le coup de force de Guy Losbar et du GUSR

Le parti de Guy Losbar a réussi l’exploit de rafler la présidence de la communauté d’agglomération du nord Basse-Terre. Les socialistes pensaient pourtant l’emporter.

Le nouveau président de la CANBT s’appelle donc Guy Losbar. L’on savait que le maire de Petit-Bourg serait candidat seulement s’il avait l’assurance de l’emporter. C’est en cela que dimanche encore, veille de l’installation de la communauté d’agglo, rien n’était vraiment arrêté. Le camp GUSR comptait les voix. Et le nombre n’y était pas. La gauche socialiste semblait dès lors avoir course gagnée avec la candidature d’Adrien Baron. Mais c’est bien connu, la politique s’amuse des revirements. Lorsqu’ils s’avèrent retentissants, c’est du petit lait pour les observateurs que nous sommes. Que s’est-il donc passé dans les urnes pour que le GUSR fasse ainsi mordre la poussière à ses adversaires. Comment Guy Losbar, le maire de Petit-Bourg a-t-il pu réunir sur son nom 22 voix contre 20 pour Adrien Baron ? Cette élection s’est donc jouée sur un fil. A deux voix près, le résultat aurait été autre.

De la stratégie de haut vol

L’une des explications avancées serait la suivante. Côté socialistes et apparentés, des vice-présidences auraient été proposés aux oppositions municipales pour faire le compte de voix. Informé de cette stratégie, le GUSR a vu rouge et a changé radicalement la sienne. Des voix de la majorité de Sainte-Rose ont-elles fait basculer le scrutin ? L’élection de Claudine Bajazet, le maire de cette commune en qualité de 1ère vice-présidente aurait pu le suggérer. Mais très tôt, en préambule, Guy Losbar avait fait savoir qu’il confierait la 1ère vice-présidence à un maire de l’autre groupe. Ferdy Louisy, le chef d’édilité de Goyave, un temps annoncé comme possible candidat de GUSR à la présidence, accède pour sa part à la 2ème vice-présidence.

En réalité tout était plié dès le 1er tour. Il n’y a d’ailleurs pas eu de votes blancs ou nuls. Guadeloupe Unie a pu selon toute vraisemblance compter sur les voix de José Toribio. De même que celles de Fauvert Savan et de sa colistière à Sainte-Rose. Ce qui expliquerait la 5ème vice-présidence de l’ancien candidat sainte-rosien malheureux. Lequel se retrouve dans l’ordre des VP avant les maires de Deshaies et de Lamentin. S’agissant de la vice-présidence Deshaisienne, Jeanny Marc n’a pas fait acte de candidature. Elle a proposé l’un de ses colistiers, en la personne de   Philippe Morvan.

Sérieux revers pour le camp des socialistes et apparentés

Quoiqu’il en soit cette défaite constitue un vrai coup dur pour la fédération socialiste qui espérait bien se refaire dans le nord Basse-Terre.  Après la CANGT avec Jean Bardail, maire de Morne-à-l’Eau. Et dans une certaine mesure la communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbes avec Thierry Abelli, maire de Bouillante – succès que revendique aussi Ary Chalus. Guadeloupe Unie réalise ainsi la passe de trois, en attendant l’élection jeudi du président de la CARL. La communauté d’agglomération de la Riviéra du Levant où l’on n’est sans doute pas au bout de nos surprises non plus.

Difficile d’y voir clair pour l’instant concernant les intentions réelles de Cédric Cornet, Christian Baptiste et Bernard Pancrel. Peu importe le résultat de la CARL, pour GUSR, en ce qui concerne les communautés d’agglo, l’affaire est dans le sac. Le parti, avec ces succès municipaux et communautaires a toutes les cartes en main pour envisager dans les meilleures conditions, les prochaines échéances. Le président de région Ary Chalus sait à quoi s’en tenir. La fédération socialiste également. Avec en embuscade, le président de Cap Excellence, maire des Abymes et leader de la FRAPP, Eric Jalton.

Losbar très attendu sur la collecte des déchets

Pour revenir au nord-Basse-Terre, le nouveau président de la CANBT sait sur quoi il est attendu prioritairement. Le dossier de la collecte des encombrants et des déchets à Petit-Bourg. Véritable plaie de la mandature écoulée. Les administrés de sa commune plus particulièrement exigent non seulement que ce problème soit définitivement réglé. Mais que la présidence de l’agglo soit totalement transparente sur les vraies causes de ces dysfonctionnements récurrents.

Show CommentsClose Comments