Chalus et GUSR proposent un contrat de gouvernance concertée Région-Département

Après la présentation de la liste « Continuons d’Avancer », nouvelle séquence pour la majorité régionale sortante. La présentation d’un contrat de gouvernance concertée Région-Département.

Sans doute une préfiguration d’une assemblée ou d’une collectivité unique. GUSR et Ary Chalus ne font plus mystère de leur volonté de se partager la gouvernance locale. A condition, bien entendu que l’électorat local adhère à cette stratégie. Une semaine après la présentation officielle de la liste « Continuons d’Avancer » emmenée par Ary Chalus, une nouvelle séquence est annoncée. Un Contrat de Gouvernance Concertée. Il sera présenté ce week-end à Baie-Mahault. En présence des colistiers engagées dans la course des régionales et des candidats aux élections départementales, sous la bannière GUSR-Chalus.

Il s’agit là de « l’engagement de campagne majeur de candidats déterminés à faire émerger une dynamique de travail innovante et solidaire ». Une volonté aussi de promouvoir davantage de cohérence et d’efficacité. De développer de même une relation partenariale dans la conduite des politiques publiques. Les candidats GUSR-Continuons d’Avancer souhaitent donc présenter aux Guadeloupéens, un projet politique ambitieux. En ce qu’il vise à optimiser l’action des deux conseils élus, au bénéfice des citoyens.

L’évolution institutionnelle avant l’heure ?

Le fait que le renouvellement des deux collectivités intervienne concomitamment constitue de ce point de vue une opportunité politique indéniable. Reste que les électeurs guadeloupéens pourraient aussi faire le choix du contre-pouvoir. Peut-être préfèreront-ils ne pas confier pas les rênes du pays à un seul camp. Dans le cas contraire, cela constituerait un changement radical de comportement de notre électorat. Ce qui ouvrirait de facto la voie à une évolution de nos institutions. Comme le souhaitent l’équipe régionale sortante et Guadeloupe Unie.

Cette nouvelle approche assumée d’une gouvernance partagée avait déjà été évoqué lors de la présentation officielle de la liste Continuons d’Avancer. Pour rappel c’est à la date symbolique du dimanche de pentecôte. Devant une assemblée conquise et jouant comme à son habitude « à domicile ». C’est là dans une salle de Baie Mahault – là aussi -, que le président de région sortant avait présenté sa nouvelle équipe. Celle qui l’accompagne à la (re)conquête de la collectivité régionale. Une manifestation qui a été massivement suivie sur les réseaux sociaux avec plus de 20 000 vues générées.

Deux lignes de fronts pour une stratégie commune

La liste Continuons d’Avancer a été renouvelée à plus de 50% par rapport à celle présentée en 2015. Elle comporte notamment 1 marin pêcheur, 1 agriculteur, 7 chefs d’entreprise, 6 retraités, 2 sans emploi, 3 cadres du secteur privé. Mais aussi 15 agents et cadres de la fonction publique (hospitalière, territoriale, éducation nationale et enseignement supérieur), 2 avocats, 5 maires et 3 Présidents d’EPCI.

Cette liste se présente comme « une alliance de l’expérience et de la jeunesse ». Elle place en bonne position l’ancienne ministre et maire de Basse-Terre, Marie-Luce PENCHARD (2eme). L’ancien bâtonnier de l’ordre des avocats et actuel Maire de Saint-François, Bernard PANCREL (3eme). Le maire de Morne à l’eau et président de la CANGT, Jean BARDAIL(5ème). L’universitaire et nouvelle présidente de l’agence régionale de la biodiversité, Sylvie GUSTAVE dut DUFLO (8ème). Ou encore le maire de Port-Louis Jean Marie HUBERT (9ème).

Une liste renouvelée qui présente également des « prises de guerre ». Comme Chantal LERUS, l’abymienne proche d’Eric JALTON et de la FRAPP. Betty ARMOUGON, adjointe de Gabrielle LOUIS-CARABIN. Le maire du Moule, qui a rejoint cette fois le camps Chalus. Le tout encadré par la reconduction d’autres colistiers issus de la mandature sortante.

Faire sortir des urnes une ligne politique claire

L’ambition affichée est donc claire. « Faire émerger des urnes une majorité commune aux deux assemblées. Œuvrer résolument de concert à servir les urgences et enjeux majeurs du pays« . A savoir les dossiers de l’eau, des déchets, des transports. Sans oublier le développement économique, l’emploi, l’action sociale, et l’aménagement du territoire. Il conviendra d’analyser dans le détail, les contours du contrat de gouvernance concertée qui semble constituer la pierre angulaire de la stratégie de GUSR et d’Ary Chalus pour ces régionales et départementales.