Corsair : la collectivité de Martinique va entrer dans le capital à hauteur de 3 M€

C’est confirmé, la collectivité territoriale de Martinique souhaite entrer dans le capital de Corsair. La délibération sera prise ce lundi.

La course contre la montre a donc démarré dans le dossier Corsair. Depuis l’homologation du plan de restructuration de la compagnie par le tribunal de commerce de Créteil, la dead-line c’est désormais le 31 décembre. A cette date, le consortium des nouveaux actionnaires – majoritairement guadeloupéens – doit avoir finalisé son tour de table. La collectivité de Martinique, comme nous l’avions déjà indiqué, est partante. Cet intérêt va se concrétiser ce lundi 21 décembre lors de la plénière de la CTM.

Garantir l’ouverture de la Martinique à l’international

Le président Alfred Marie-Jeanne, président de l’assemblée de Martinique va en effet soumettre aux élus, une délibération. Elle doit acter l’entrée de la CTM au capital social du consortium d’investisseurs d’outre-mer R-Plane. Ceci dans le cadre de la reprise de la compagnie Corsair. La participation de la collectivité territoriale de Martinique se montera à 3 millions d’euros.

Pour la CTM, l’objectif est d’apporter sa contribution à la préservation d’une desserte aérienne compétitive entre nos régions et l’hexagone. « Au-delà des aspects financiers, il s’agit bien de maintenir une desserte diversifiée garantissant l’ouverture de la Martinique à l’international ». C’est la conclusion du projet de délibération qui sera soumis aux votes des conseillers territoriaux de Martinique.

Un siège au comité stratégique de la compagnie

Le capital exigé par le comité interministériel de restructuration industriel et par la commission européenne en contrepartie des aides essentielles à la reprise de Corsair est de 30 M€. Le capital déjà constitué par les nouveaux actionnaires privés est de 21 M€. Les collectivités de Martinique, Guadeloupe, Mayotte et Guyane sont sollicitées respectivement à hauteur de 9 M€ au total. 3 M€ pour les trois premières citées et 1 M€ pour la collectivité guyanaise. Une fois l’affaire bouclée, la CTM disposera d’un siège au comité stratégique de la nouvelle gouvernance de Corsair.