COVID-19 : La Guadeloupe réellement dans le rouge

La Guadeloupe est désormais placée en zone de « circulation active » du virus. Le préfet voit ses pouvoirs sanitaires renforcés.

 

Ce jeudi 27 août, face à la recrudescence du nombre de cas positifs, le Premier ministre a annoncé le classement de la Guadeloupe, de Saint Martin et de Saint Barthélemy en zone de « circulation active » du virus. Cette décision vaut aussi pour 20 autres départements dont la Martinique, Paris, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne. Sont concernées également les Yvelines, le Val d’Oise, l’Essonne, la Seine-et-Marne, la Sarthe, la Gironde. Et plusieurs départements du sud de l’hexagone.

Prérogatives élargies pour le préfet

A la date du mardi 25 août indique la préfecture, la Guadeloupe enregistrait 935 cas confirmés cumulés. Le facteur de reproduction du virus avoisine les 2 et le taux d’incidence est de 86,23 pour 100 000 habitants. Le seuil d’alerte est donc dépassé. Ce classement en zone de « circulation active » dotera, dès la publication du décret, le préfet de région de nouvelles prérogatives pour lutter contre la propagation du virus.

Au nombre de celles-ci, le pouvoir de fermer provisoirement des établissements recevant du public. Cela va des salles de réception, salles des fêtes, aux centres commerciaux, bars, restaurants, gymnases et autres musées. Autres prérogatives la mise en œuvre de conditions de déplacement plus restrictives à l’intérieur du département si les circonstances locales l’exigent. La possibilité aussi d’interdire la tenue de marchés.

L’autorité préfectorale de Guadeloupe indique que plusieurs de ces mesures sont en cours d’étude. Cela en concertation avec les élus du territoire. Dans la continuité des échanges de la conférence territoriale de l’action publique (CTAP) et du comité de suivi réunis ces derniers jours, en tenant compte de l’évolution de la situation sanitaire.

(Source : communiqué de la préfecture de Guadeloupe)