Covid-19 : Le CHU de Guadeloupe résolument dans le dur

Cette 4ème vague de covid-19 marquera les esprits en Guadeloupe par sa virulence et sa mortalité. La charge est insoutenable au CHU.

C’est peu dire que la situation demeure tendue au CHU de Guadeloupe, alors que l’archipel entame sa 2ème semaine de confinement plus sévère. Les photos de la morgue du centre hospitalier où les corps s’entassent, font maintenant la une de la presse nationale. Dans le prolongement de notre article sur le bilan humain de la semaine passée. Entre le 9 et le 15 août, le CHUG a finalement déploré au total 37 décès (et non 34). 33 de ces patients n’étaient pas vaccinés. 2 avaient eu leur première dose et deux autres leurs deux doses. Le plus âgé de ces patients décédés avait 91 ans. Le plus jeune, 38 ans.

Une réalité douloureuse au quotidien.

Depuis le début de cette 4ème vague, les jours de crise se suivent et se ressemblent au CHU. Sans répit aucun. Hier matin encore, à l’aube, 52 patients étaient pris en charge aux urgences Covid. Tandis qu’une trentaine d’autres devaient bénéficier de la même mobilisation des équipes médicales aux urgences non-covid. Pour faire face à cette vague pire que les précédentes, augmente autant que possible ses capacités.

Celle de la réanimation est passée de 30 à 46 lits en ouvrant trois secteurs supplémentaires. Respectivement dans l’ancienne unité d’hospitalisation de courte durée, dans les anciennes consultations externes et dans un des blocs opératoires. Très rapidement, la réa covid devait être portée à près de 60 lits.

Le dernier bilan chiffré de l’activité du CHU de Guadeloupe faisait état d’un taux d’occupation historiques, de l’ordre de 153%. 63 des 64 lits dévolus à la médecine covid au niveau de la tour nord de l’établissement étaient occupés hier. 84 sur 85 dans ce même service supplémentaire déployé à la tour sud. En réanimation covid, au 18 août 2021, Il ne restait que 5 lits disponibles. Deux en réanimation non-covid (9 lits occupés sur 11 disponibles).

CHBT, Clinique des Eaux-Claires et Polyclinique en appui

Le plateau actuel de lits disponibles est en rapport avec l’impossibilité d’augmenter le capacitaire de lits de réanimation au CHUG. L’augmentation des lits de réanimation en Guadeloupe est donc en train de se faire au CHBT, aux Eaux Claires et à la Polyclinique. 

Depuis la semaine 28, c’est-à-dire mi-juillet, 437 patients covid ont dû être hospitalisés. 105 en réanimation, pour une moyenne d’âge d’un peu moins de 55 ans. Les 332 autres l’ont été en médecine, avec une moyenne d’âge légèrement supérieur à 63 ans.  Près de 230 lits sur 554 sont occupés par des patients covid au CHU de Guadeloupe. C’est plus de 40% de la capacité d’accueil de l’hôpital.

Pas de problèmes d’approvisionnement en oxygène ?

S’agissant des interrogations sur la disponibilité d’oxygène en quantité pour répondre aux besoins au CHU comme en ville, la direction du centre hospitalier a mis les choses au point. La consommation quotidienne du CHU a dépassé en une journée, les 5000 litres. Le stock d’oxygène disponible dans les cuves était de 16.500 litres (le 18 août, 15h).

« Les cuves seront remplies sous 24 heures. Le CHU disposera ainsi de 39 000 litres. L’approvisionnement de nos cuves ne fait pas l’objet de tensions malgré l’augmentation de notre consommation. 60 000 litres sont, en supplément, en acheminement depuis Trinidad et le CNES (Guyane) » a fait savoir la direction générale du CHU dans une notre interne. Laquelle précise en outre que « 20 bouteilles B5 et 20 bouteilles B15 supplémentaires sont en cours de livraison pour permettre une souplesse accrue dans la gestion du stock des bouteilles du CHU par les services hospitaliers, notamment covid ».

Des concentrateurs attendus pour la médecine de ville

Pour ce qui concerne l’oxygène à domicile, l’on a appris de même que 140 concentrateurs sont en cours d’acheminement par Air Liquide. Leur livraison est prévue de manière échelonnée entre le 20 août et le 23 août. Environ 20 concentrateurs seront réservés pour l’HAD du CHU.

Enfin, les conduites d’oxygène du CHU fait l’objet d’une mission de vérification afin de fiabiliser le réseau de canalisation de sorte qu’il puisse résister aux consommations journalières qui ont quintuplé. Cette mission est conduite par des experts venus de Martinique et de l’Hexagone. En lien avec la Direction des services techniques du CHU et la Sasema, elle donne lieu à des travaux de sécurisation supplémentaire dans les secteurs covid de l’établissement.