Covid-19 : Le conseil de surveillance du CHU en appelle au gouvernement

La présidente du conseil de surveillance du CHU Josette Borel-Lincertin demande des moyens au gouvernement. La situation de crise actuelle l’impose.

Le conseil de surveillance du CHU se mobilise aux côtés de la direction du centre hospitalier et des équipes soignantes. Après les préoccupations exprimées par le directeur général Gérard Cotellon, la présidente du conseil départemental, Josette Borel-Lincertin, a réagi. En sa qualité de présidente du conseil de surveillance du CHU, elle dit partager les inquiétudes du DG de l’hôpital. Lequel, rappelons-le, a adressé un courrier en ce sens au préfet et à la directrice générale de l’ARS.

L’urgence est réelle

« Face à la circulation de plus en plus active du virus dans notre archipel. Et à une augmentation rapide des cas sérieux de covid-19 nécessitant des hospitalisations, les craintes de saturation du système sont fondées » estime la présidente. Une situation qui selon Josette Borel-Lincertin « appelle des moyens supplémentaires urgents pour le système de santé guadeloupéen ».

Une vague d’ampleur inconnue

Et la présidente du département d’ajouter. « Le conseil de surveillance est pleinement mobilisé aux côtés de la direction du CHU et des équipes soignantes. Pour affronter une vague dont l’ampleur est encore difficile à évaluer ». Josette Borel-Lincertin en appelle par conséquent au gouvernement. De sorte que les moyens demandés par le CHU soient rapidement déployés en Guadeloupe.

Appel à la responsabilité collective des guaddeloupéens

Elle en appelle également à la responsabilité collective de la population guadeloupéenne qui doit tout mettre en œuvre pour limiter la propagation du virus. Cela passe par le respect strict des mesures barrières dans le cadre familial et professionnel. Pour la présidente du conseil de surveillance, il s’agit aussi d’éviter par des imprudences sur la route ou à la maison, un afflux de patients non covid aux urgences et en réanimation.