Décryptage : quand l’eau inonde les réseaux sociaux en Guadeloupe

L’actualité liée au dossier de l’eau en Guadeloupe a fait le buzz durant la semaine écoulée. Avec une perception plutôt négative sur la toile. Nos élus savent à quoi s’en tenir.

Les guadeloupéens ne sont pas des moutons. Et il ne suffit pas de leur brandir des accords signés pour les rassurer sur l’effectivité des engagements pris. Cette prudence est encore plus de mise s’agissant du dossier de l’eau. Chat échaudé craint l’eau froide. C’est bien connu. Combien de déclarations d’intention ont fait l’objet de compromis par le passé et pour quel résultat. On tourne en rond. Il n’y a guère que le désormais ancien préfet Gustin qui peut se targuer d’avoir fait bouger les lignes concernant cette problématique.

Cédric Cornet, le maire du Gosier et président de la CARL, a donc pris l’initiative de réunir tous les élus concernés par cette affaire. Président de région, présidente du département, EPCI, SIAEAG, ils étaient presque tous là. Presque. A l’exception de Cap Excellence. Et c’est bien là le problème. Cette motion portée par le président de la CARL a certes été signé. Mais sans Capex.

Beaucoup de bruit pour rien ?

D’où la prudence et la grande réserve des internautes quant au respect des engagements. La motion signée actant la création d’un syndicat mixte ouvert d’ici à la semaine prochaine au plus tard, soit le 31 juillet, a fait son effet. Il faut dire que le sujet était étroitement associé au risque de dissolution du SIAEAG et aux menaces d’actions des personnels. Avec risques de coupures d’eau sur le réseau. Rien de tel comme ingrédients pour susciter l’intérêt sur les médias en ligne et les réseaux sociaux.

Sur la période du 17 au 23 juillet, la portée de la thématique « eau en Guadeloupe » et tous les mots clés attachés ont généré une portée en hausse de 325% par rapport à la semaine précédente. Le nombre de mentions relevées sur la toile a quant à lui affiché une progression de 77%. Le pic est intervenu évidemment le 22 juillet, jour de la grande messe au palais des sports du Gosier.

Les internautes guadeloupéens demandent à voir

Reste que, à la lumière des données collectées, tout laisse à penser que l’opinion guadeloupéenne demeure sceptique sur ce dossier. La tonalité des commentaires et réactions est majoritairement négative à l’évocation de cette thématique. 42% de mauvaises opinions sur le sujet. 27% se retranchent derrière une certaine neutralité. Et 31% réagissent positivement quant à l’évolution de cette problématique. Les jeux politiques, tactiques, circonvolutions et stratégies non avouables peuvent expliquer cette défiance relative, là où les guadeloupéens attendent de la franchise. Et surtout du concret.

Il y a donc encore du boulot pour que nos élus soient crédibles dans ce domaine. Cela se confirme d’ailleurs au regard des émotions exprimées par les internautes sur les réseaux sociaux. Ils sont partagés entre colère, espoir, tristesse et honte. L’expression d’une quelconque satisfaction n’arrive qu’au tout dernier rang. Ce qui paraît conforme au ressenti général de la population sur cette thématique de l’eau.

Enfin, en toute logique, exposition médiatique oblige, les références dominantes liées au sujet de l’eau en Guadeloupe ont été les suivantes ces derniers jours. CARL, Cédric Cornet, Eric Jalton, EPCI, SIAEAG, Capex. Mais aussi, dissolution, eau potable, syndicat mixte ouvert. L’hyperactivité du maire du Gosier et président de la CARL n’a cependant pas encore fait disparaître des radars de nos outils les mentions liées à son affaire de mœurs. Seuls les résultats concrets qui pourraient découler de son engagement sur ce dossier y contribueront. L’ennui c’est que c’est loin d’être gagné. Rendez-vous au soir du 31 juillet pour nous faire mentir.

(Source : Les indices de la toile – Smart Digit et FT Consulting & Expertise)