Départementales : Le GUSR fera-t-il le grand chelem ?

Les départementales partielles à venir vont-elles valider totalement la stratégie de GUSR ? Le parti de Guy Losbar s’en donne les moyens.  

C’est un fait certain. Le GUSR est en ordre de marche pour départementales partielles à venir. Le parti a fait une véritable démonstration de force à l’entame de cette campagne électorale. Il faut dire que Guadeloupe Unie joue bien plus gros qu’on ne le pense.

Il y a certes l’obligation pour son leader Guy Losbar de gagner, avec son binôme, le canton n°5 de Baie-Mahault. C’est à cette condition que l’homme fort du parti pourra récupérer son siège de président du conseil départemental. Mais au-delà, c’est la stratégie de GUSR qui aspire à être validée. Pour rappel, la formation enchaine les succès depuis les dernières municipales et communautaires. Des scrutins qui lui ont permis de faire coup double aux régionales et départementales.

Un GUSR qui déroule

Obligés de revenir devant les électeurs suite à des erreurs matérielles absurdes, les trois binômes du parti engagés dans la bataille espèrent surfer sur la dynamique GUSR. Dimanche 17 octobre à Baie-Mahault, plus de 300 militants et personnalités politiques étaient ainsi réunis à La Kaz’Art. Une assistance venue soutenir les candidats portés par le GUSR aux élections départementales partielles du 31 octobre prochain. Dans le strict respect des gestes barrières et de la distanciation physique, les cadors du premier parti politique de la Guadeloupe ont voulu mobiliser les troupes. Objectif atteint.

Ary Chalus pleinement impliqué

Au nombre des soutiens de poids qui étaient présents, le Président de Région, Ary Chalus, le Président du Département faisant fonction, Jean-Philippe Courtois ou encore les parlementaires soutenus par le GUSR, le député Olivier Serva et le sénateur, Dominique Theophile. Au cours de cette matinée, les binômes Sabrina Roger et Guy Losbar (canton n°5 de Baie-Mahault). Helene Polifonte et Michel Mado (canton n°1 de Baie-Mahault). De même que Chantal Lerus et Fred Deshayes (canton n°1), n’ont cessé de faire valoir le « Penser Guadeloupe, Agir Guadeloupe » défendu par le GUSR.

Transformer l’essai ?

Ils ont pu présenter les enjeux propres à chacun de leur canton, tout en prônant la nécessité de faire vivre le Contrat de Gouvernance Concertée, aux côtés d’une majorité régionale forte. A Baie-Mahault, tout d’abord, où le binôme Mado-Polifonte fera face à un adversaire coriace : l’abstention. Conscients de la tâche délicate qui s’annonce, ils se disent prêts « à mobiliser la population afin de faire avancer les dossiers du canton ».

Le totem des Abymes

Toujours à Baie-Mahault, le binôme Losbar-Roger devra également convaincre l’électorat de la nécessité de se mobiliser suite à la victoire écrasante du premier tour invalidé. Mobilisation qui a permis d’avoir, pour la première fois, « une action unifiée et complémentaire dans la gestion des dossiers publics » entre le Département et la Région.

Enfin, aux Abymes, outre les remarques de l’actuel Président de Région sur la gestion de la SEMAG par le candidat Rozan Rauzduel, nous retiendrons que le binôme Lerus-Deshayes aura pour ambition d’élever le débat au-delà des querelles municipales afin d’avoir l’opportunité de rejoindre une majorité forte au Département.