Discothèques en Guadeloupe : la fin des noix ?

Les boites de nuit ne désespèrent pas de rouvrir dès juillet et non en septembre. Mais quoi qu’il advienne, elles devront se réinventer ou disparaitre.

Les propriétaires de discothèques ne sont pas à la fête en Guadeloupe comme ailleurs. Voilà plus de trois mois maintenant que leurs pistes de danse sont désespérément vides. Le covid-19 a tout anéanti. Le déconfinement est là. Mais ces établissements de nuit n’ont pas été autorisés à reprendre leur activité. Pas avant septembre prochain a décidé à ce stade le gouvernement. Mais un lobbying puissant est à l’œuvre pour forcer la décision. Des parlementaires sont à la manœuvre pour obtenir un assouplissement de l’Etat et permettre au monde de la nuit de revivre dès ce mois de juillet 2020. Reste que les chances de succès sont plutôt minces. Compliqué en effet de garantir une quelconque distanciation sociale en boite.

Pourtant les arguments ne manquent pas du côté des patrons de discothèques et de leurs soutiens politiques. Depuis la levée du confinement, l’on assiste à une multiplication de soirées privées, à domicile ou dans des villas. Ce plan b va de toute évidence se multiplier durant les vacances, dans une totale absence de contrôle. La Guadeloupe n’y échappera pas. Reste que si les principaux night-clubs de l’archipel sont en mode off, ce n’est pas le cas de tous les établissements de nuit. Les bars-lounge comme La Coupe ou l’Appart ont rouverts sans problème. La subtilité : ce ne sont pas des discothèques.

Certains choix stratégiques qui payent aujourd’hui

Eddy Alphonse le patron de l’Appart se réjouit d’avoir fait les bons choix.  « Voilà des années que nous avons misés sur la musique live. Je pense sincèrement que le concept discothèque est dépassé depuis un moment. Aujourd’hui, les gens ont besoin de se détendre, de se retrouver dans un espace non confiné. Plus encore maintenant avec le covid-19. C’est pour cette raison que j’ai développé la partie terrasse qui s’appelle maintenant l’Appart Garden. J’ai donc une grande partie extérieure. C’est ce genre de concept qui s’impose aujourd’hui. Comme c’est le cas depuis bien longtemps à Miami ou même plus près de nous à St-Martin » nous a-t-il déclaré. « Avec cette crise sans précédent les propriétaires de discothèques devront se réadapter, changer de politique ou mourir » a-t-il conclu.

Plus rien ne sera comme avant

Parmi les discothèques en souffrance, le Schiva. Dj Jude bien connu dans l’établissement veut garder le moral. « Nous sommes fermés depuis mars. Si on nous enlève encore juillet/août où nous faisons le chiffre d’affaire de l’année ce sera terrible. Rouvrir à la rentrée pour nous sera peine perdue. Tout le monde sait qu’en septembre et octobre les boites ne fonctionnent pas en Guadeloupe. Ça fera alors7 mois de fermeture au total. Autant dire que cette année 2020 est déjà à oublier à cause de ce covid-19 » nous a-t-il confié.

Ce vendredi 26 juin 2020 pourtant, le Schiva va tout de même marquer le coup pour son 37ème anniversaire. La fête se déroulera sans public en Facebook Live. Dj Freddy et Dj Oliver seront aux platines dès 18h. Avant la prestation en live vers 20h, du groupe Kabiza composé de jeunes antillais talentueux. « Ça nous permettra au moins de maintenir un lien à distance avec la clientèle. On espère que les choses s’arrangeront d’ici à la fin de l’année. Histoire de retrouver le sourire pour le 31 décembre. Ce serait super ». Dj Jude veut y croire. En attendant, le monde de la nuit vit une situation catastrophique. Et il n’est pas dit que même rouvertes, les discothèques attireront la grande foule. Ce covid-19. Décidément.

Show CommentsClose Comments