Economie : bataille féroce en vue dans le secteur des télécoms aux Antilles-Guyane

L’imminence de l’arrivée de Free sur le marché antillo-guyanais ne fait plus aucun doute. Le nouvel opérateur Free peut dire merci à Digicel qui est au plus mal.

La situation s’éclaircit peu à peu.  Dans le même temps, les stratégies se dévoilent. Ce secteur de la téléphonie et plus largement des télécoms déjà très concurrentiel chez nous, va l’être davantage. Le rapprochement entre Free et Digicel en cours de finalisation, ne faisait plus l’ombre d’un doute depuis plusieurs mois. Le nouvel arrivant ne pouvait pas faire autrement pour espérer s’implanter aux Antilles-Guyane dans les temps. Là, les choses se précisent et se concrétisent surtout.  Cette fois, la stratégie du trublion français des télécoms n’est guère différente, à quelques nuances près, de celle qu’il a mis en œuvre à la Réunion.

Digicel, la proie facile

A l’instar de l’océan indien Free adopte là aussi la démarche stratégique du Coucou. A savoir, trouver un partenaire télécom dans la région et ensuite s’appuyer sur ses infrastructures réseaux. C’est ce qui est engagé avec Digicel, le maillon faible. Une proie facile loin d’être en position de force. En effet, l’opérateur très présent dans la Caraïbes est au plus mal financièrement. Ce qui initialement prenait l’allure d’un deal gagnant-gagnant, pourrait vite s’apparenter à une prise de contrôle. L’opportunité est trop belle.

Orange ne compte pas se laisser faire

Du côté d’Orange l’heure ne semble pas être à la panique.  Il y a bien trois ans que l’opérateur historique se prépare à l’arrivée de ce concurrent dans nos régions. Selon nos informations, Orange aurait déjà tout prévu pour résister aux assauts sur le de la téléphonie mobile, mais aussi de l’internet fixe.  L’inverse aurait été une grave erreur. Au regard des investissements de Free tout laisse penser que le nouvel arrivant ne va pas se limiter à la téléphonie mobile.  

La concurrence profitable au consommateur

De belles batailles commerciales sont donc à prévoir. Les consommateurs des Antilles et de la Guyane devraient y retrouver leur compte.  Même si cela sera très certainement au prix de la disparition d’un des opérateurs actuels au profit du nouvel arrivant.  L’étroitesse du marché des Antilles et de la Guyane rend impossible la présence de quatre acteurs dans ce secteur.