Economie : ces indicateurs clés doivent-ils inquiéter en Guadeloupe ?

Comme partout en France, les indicateurs économiques sont en berne. En Guadeloupe, nos chiffres clés suivent la même tendance.

Il faut pourtant rester positif et croire en cette sortie de crise sanitaire qui se fait attendre. La reprise interviendra, c’est évident. La question c’est quand. Dans quel timing. Et si retour à la normale il y a, sera-t-il durable ? Ces incertitudes hélas sont encore loin d’être levées. Quant aux dernières nouvelles sur la propagation du virus en Guadeloupe, elles ne sont pas rassurantes, nous le savons. Les récentes mesures complémentaires imposées par les autorités pour tenter de nous éviter un reconfinement suffiront-elles ? Réponse d’ici quelques jours. En attendant, la situation est de plus en plus tendue au CHU où la saturation est désormais réelle.

Pas de catastrophisme, juste du réalisme

Sur le plan économique certains secteurs déjà en difficultés verront leur chiffre d’affaires encore plus impactés.  On pense aux bars, restaurants et autres établissements recevant du public en soirée, obligés de fermer jusqu’à nouvel ordre dès 22h en semaine et à minuit le week-end.

Mais avant que cette dégradation de la situation sanitaire en Guadeloupe ne conduise les autorités à prendre ces nouvelles dispositions, l’INSEE a publié un document passé inaperçu. Il s’agit du tableau de bord compilé de la conjoncture économique en Guadeloupe. Une synthèse en fait des chiffres clés de notre économie.

Un tableau de bord encore plus utile en temps de crise

Cette dernière mise jour vient confirmer une tendance lourde. Pratiquement tous les indicateurs basculent dans le rouge. Emploi salarié, intérimaires, demandeurs d’emplois, créations d’entreprises. La baisse observée fin juin sur le front des défaillances d’entreprises risque fort de ne pas se confirmer d’ici à la fin de l’année.

Source : INSEE-Guadeloupe

Un autre indicateur nous a interpellé, c’est celui des logements autorisés à la construction. Il marque un recul de 23% en glissement annuel. Les logements commencés suivent la même logique à la baisse, de l’ordre de 21% sur la période. Ces éléments, en plus des autres remontées sur la marche des affaires actuellement en Guadeloupe, ne doivent cependant pas entamer la confiance des plus optimistes.