Economie : le Medef-Guadeloupe sur tous les fronts

Grand nettoyage de Jarry, plan de relance post-Covid, emploi des jeunes, consommez local. L’UDE-MEDEF-Guadeloupe ne prend pas de vacances.

C’est un MEDEF-Guadeloupe résolument actif qui a convié la presse mardi 21 juillet, jour de la fête de Schoelcher, à son désormais traditionnel petit-déjeuner. Le rendez-vous est installé. Il permet à l’organisation patronale de faire un point régulier avec les médias sur l’actualité. Et de glisser aussi, ici et là, quelques infos. La parole étant sans filtres, les coups de griffes ponctuent le propos d’ensemble. Au centre de toutes les préoccupations patronales, bien entendu, la relance économique consécutive à la crise sanitaire du covid-19.

La crainte des dépôts de bilan et des licenciements est chaque jour un peu plus fondée. En dépit des mesures d’accompagnement de l’Etat et des collectivités, il y aura de la casse. Des entreprises en Guadeloupe ne résisteront pas. Il faut être réaliste. Le discours est cash. Alarmiste diront certains. Il s’appuie néanmoins sur une réalité incontestable. Cette crise du coronavirus aura au fil des mois des conséquences désastreuses pour notre économie.

Travailler à la relance sans relâche

Pour autant estime l’UDE-MEDEF par la voix de son président Bruno Blandin, « les forces vives de notre économie n’ont pas été anéanties. Nous pouvons rebondir. Notre économie repose largement sur la consommation. Les emplois publics ne sont pas touchés. De nouvelles opportunités se sont révélées. Les dispositifs gouvernementaux de soutien produisent leurs effets. Il n’y a pas de fatalité. Pour accélérer la relance, nous devons faire preuve d’une plus grande solidarité » a-t-il indiqué.

C’est en cela que l’UDE se réjouit des retombées de la campagne de communication qu’il a lancé dès la fin du confinement. « Consommez Péyi », tel est le message véhiculé. Il s’agit d’inciter nos compatriotes à privilégier non seulement les produits locaux. Cela passe par la relocalisation des achats. La valorisation de la production locale. Le développement de relation de proximité avec et entre les acteurs du territoire.  « Faisons appel à nos prestataires locaux, consommons les biens et services de notre territoire. Voyageons dans nos îles de Guadeloupe et dans les îles du Nord ». C’est le sens de cette initiative. Mais plus largement la démarche vise à soutenir « l’Entreprise Péyi », pour préserver l’emploi et l’activité. Cette campagne de communication se déclinera sur tous les supports jusqu’en 2021.

Un Tour économique de Guadeloupe

L’accompagnement des chefs d’entreprises par le MEDEF-Guadeloupe prend plusieurs formes. Ainsi, afin d’aller au plus près de ses adhérents et d’une manière générale, des socio-professionnels du territoire, l’UDE a entrepris un tour économique de Guadeloupe. Il a débuté le 17 juillet dernier et s’étalera jusqu’à la fin des grandes vacances. Plus de 50 entreprises seront visitées. L’objectif est de créer du lien. Mais aussi de découvrir les métiers des adhérents, leurs succès, leurs difficultés.

Dans le même temps, une grande réflexion est à l’œuvre sur un véritable plan de relance de notre économie. « La crise liée au COVID ajoute davantage aux difficultés déjà prégnantes pour les entreprises locales. Or, nous le savons, le développement économique ne se fera qu’avec et par les entreprises. D’où la nécessité de se prendre en main afin d’apporter un souffle et un renouveau à l’économie locale. Un plan de relance économique est aujourd’hui primordial pour permettre aux entreprises de se relever. Nous avons à ce titre créer un Think Tank sur le développement économique de la Guadeloupe piloté par Jacques FAYEL Les résultats sont attendus pour la fin de l’année » a annoncé le président Bruno Blandin.

Le Pacte pour l’Emploi des jeunes, relancé

Durant cette conférence de presse, il a également été question du pacte pour l’emploi des jeunes porté par le MEDEF. Ce dispositif en place depuis 2016 est destiné à accompagner les entreprises dans leurs démarches de recrutement de leur 1er salarié. Singulièrement les jeunes de moins de 30 ans, avec zéro charge sociale (patronale et salariale). Toutes les entreprises sont concernées y compris les TPE ou associations du territoire et des îles du Nord. L’entreprise doit embaucher un demandeur d’emploi de moins de 30 ans, en CDI ou CDD d’au moins 6 mois.

A noter que 1581 contrats ont été signés depuis le 1er janvier 2016 dans différents secteurs d’activité (restauration, commerce, construction). 65% des entreprises concernées ont embauché leur 1er salarié grâce au Pacte. 93% des entreprises bénéficiaires ont moins de 10 salariés. 40% des bénéficiaires ont accédé à un emploi durable dans les 3 mois. L’objectif est de pérenniser autant que possible ce levier d’action pour l’emploi des jeunes en Guadeloupe.

L’UDE soutient l’association Clean My Island

Enfin, sous la houlette de sa commission biodiversité, l’UDE s’est fortement engagée aux côtés de l’association Clean My Island. Ces jeunes s’emploient depuis plusieurs semaines à mener des opérations d’envergure pour éradiquer les décharges sauvages. Le 2 août prochain, ils se sont lancés un défi de taille avec tous les bénévoles qui le souhaiteront : nettoyer la ZI de Jarry. L’opération est baptisée « Clean My Jarry ». La démarche a évidemment séduit le MEDEF-Guadeloupe, très sensible à cet engagement écocitoyen de notre jeunesse. L’organisation patronale apportera donc à l’association tout l’appui logistique et administratif nécessaire.

De sorte que les organisateurs puissent disposer de camions, de bennes, et autres matériels de protection. Tout a été prévu aussi pour le recyclage des déchets qui seront collectés. « Nous avons trop négligé cette zone industrielle de Jarry, notre poumon économique. L’action de ces jeunes force le respect. Le monde de l’entreprise ne pouvait que s’y associer. Il faut que notre île soit propre. Ce que l’on voit par endroit est scandaleux. Chacun doit balayer devant sa porte. Les entreprises, bien sûr. Les collectivités dont c’est la compétence. Mais aussi chaque guadeloupéen » a déclaré le président de l’UDE-MEDEF Guadeloupe, Bruno Blandin.

Show CommentsClose Comments