FOCUS : les conditions de confinement en Guadeloupe


Avant le début du déconfinement, l’INSEE a publié des éléments clés sur les conditions des foyers guadeloupéens durant cette période de restrictions. Les mesures de confinement mises en place depuis le 17 mars 2020 touchent de façon différenciée les populations, indique l’institut. Plusieurs critères ont été pris en compte, au nombre desquels, le type de logement occupé et la composition des ménages. Focus sur le confinement en Guadeloupe.

Cette note de l’INSEE sur les conditions de confinement en Guadeloupe met le doigt sur certaines réalités du pays. Des réalités souvent occultées. Un peu plus de 15% (contre 8% dans l’hexagone) de la population du département vit dans un logement trop petit par rapport à la taille du ménage. Cette situation concerne près de 60.000 personnes au total sur l’île. Ce n’est pas rien.

Risques élevés de décrochage scolaire

En ce que concerne les enfants en bas âge, écoliers, collégiens et lycéens, l’INSEE-Guadeloupe apporte là aussi un éclairage pertinent. Dans le département, 97.500 enfants de moins de 18 ans sont soumis au confinement. Parmi eux, 47,6% vivent en famille monoparentale. La vie dans ce type de foyer, en appartement, avec au moins un enfant de moins de 10 ans, concerne 24.300 personnes. La continuité pédagogique peut s’avérer plus difficile pour ces familles monoparentales. En particulier lorsque le parent n’a aucun diplôme. 36% des enfants âgés de 6 à 17 ans vivant en famille monoparentale sont dans ce cas. Des nuances s’imposent néanmoins de notre point de vue. Car élever seul(e) ses enfants, en n’étant pas diplômé, ne les exposent pas forcément à un échec programmé [ndlr].

Vulnérabilité des séniors

Enfin, l’on apprend aussi dans ce document de l’INSEE, que 34,5% des 65 ans et plus vivent seuls. Parmi ces personnes habitants seules, 11.500 ont 75 ans et plus. Des données que les autorités et les collectivités ont dû intégrer pour gérer cette crise. Car en cette période de confinement, les personnes âgées qui vivent seules peuvent en effet être particulièrement vulnérables. L’isolement, étant susceptible d’avoir des conséquences sur le moral mais aussi sur la santé. En plus de rendre compliqués les actes indispensables de la vie quotidienne (faire ses courses, se faire soigner…).

(Source : INSEE Guadeloupe)