Guadeloupe : Des aides pour les secteurs agricole et agro-alimentaire impactés par la crise du COVID 19

La Région Guadeloupe, se mobilise avec la Commission européenne en soutien aux secteurs agricole et agro- alimentaire fortement touchés par la crise du COVID 19.

L’aide vise à renforcer la trésorerie des entreprises qui connaissent une baisse de chiffre d’affaires. Mais qui doivent aussi financer des coûts supplémentaires engendrés par la crise. Le montant maximum accordé est de 7 000 € pour les agriculteurs. 50 000 € pour les entreprises de transformation et de commercialisation des produits agricoles.

Les agriculteurs concernés et PME de transformation et de commercialisation des produits agricoles sont appelés à se faire connaitre. Ils peuvent déposer leur dossier sans tarder et ont encore une semaine pour effectuer leurs démarches, jusqu’au 19 mars 2021. Les bénéficiaires potentiels doivent se rapprocher de la direction Europe de la collectivité régionale, parc d’activités le Métis, à Baie Mahault.

Cette mesure exceptionnelle et temporaire, financée par l’Europe et le FEADER (Fonds européen agricole pour le développement rural), a été adoptée en 2020. Objectif, répondre aux problèmes de liquidités qui mettent en péril la continuité des activités agricoles et la pérennité des petites entreprises. Singulièrement celles qui exercent des activités de transformation, de commercialisation ou de développement de produits agricoles en Guadeloupe.

Quels délais d’instruction ?

Toutes les informations relatives à cette mesure sont disponibles sur le site www.europe-guadeloupe.fr. Rappelons que la Collectivité régionale assure son rôle d’autorité de gestion des fonds européens. Elle est responsable de la sélection et de l’instruction des dossiers. Mais aussi du respect des règles d’éligibilité pour les fonds FEDER (Fonds européen de développement régional). Pour le FEADER (Fonds européen agricole de développement régional). De même que pour le FSE (fonds social européen), les mesures régionalisées du FEAMP (Fonds Européen des Affaires Maritimes et de la Pêche). Sans oublier le programme de coopération INTERREG. Reste la question centrale des délais d’instruction des demandes d’aides qui seront déposées.