Guadeloupe : Plan Orsec eau déclenché et état de catastrophe naturelle imminent

Dans un courrier adressé au député Olivier Serva, le ministre des outre-mer confirme la mise en œuvre du plan ORSEC Eau et l’imminence de la déclaration de l’état de catastrophe naturelle en Guadeloupe.

Le ministre délégué à l’outre-mer, Jean-François Carenco est attendu en Guadeloupe ce mercredi en début d’après-midi. Mais il a pris le soin visiblement de bien préparer le terrain, dans le sens de l’efficacité. Visite expresse oblige. Ainsi, avant même son arrivée sur notre île, pour un déplacement officiel de 24h, le ministre a répondu favorablement à deux demandes formulées localement au lendemain du passage de la tempête Fiona.

L’urgence, c’est l’eau

Dans un courrier adressé au député Olivier Serva et daté de ce jour, Jean-François Carenco annonce l’effectivité du déclenchement du plan ORSEC Eau potable, comme l’avait demandé le parlementaire guadeloupéen le 19 septembre dernier. Il faut s’en réjouir car pas moins de 60.000 guadeloupéens sont actuellement concernés par les manques d’eau.

« De façon urgente, c’est bien un plan ORSEC Eau potable en réaction aux intempéries qui est à l’œuvre » a indiqué le ministre. Le centre opérationnel départemental (COD) qui reste mobilisé, doit recenser les besoins immédiats, coordonner les réparations urgentes et toutes actions visant à assurer la continuité du service public de distribution d’eau potable.

Etat de catastrophe naturelle dès la fin de la semaine

L’autre motif de satisfaction réside dans l’imminence de la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour la Guadeloupe. « L’état de catastrophe naturelle sera reconnu dès cette fin de semaine grâce à une procédure accélérée » a fait savoir le ministre dans ce même courrier. Et ce « afin que l’ensemble des personnes sinistrées puissent recevoir l’aide de la Nation et produire les documents nécessaires aux compagnies d’assurance afin d’évaluer et réparer les dégâts générés par la tempête tropicale Fiona ».

Pour rappel, il s’agissait là d’une demande forte du président du conseil départemental Guy Losbar. Lequel avait saisi en ce sens dès samedi dernier le ministère de l’intérieur et celui des outre-mer. Le chef de l’exécutif départemental qui a fait un aller-retour éclair à Paris ces 72 dernières heures et qui rentre sur le vol du ministre ce mercredi.