Guadeloupe : vers un stop and go dans le BTP ?

Le secteur du BTP en Guadeloupe est secoué par la hausse mondiale des prix des matériaux de construction. Une situation conjoncturelle intenable. Pour quelles conséquences ?

Depuis le début de l’année 2021, le secteur du BTP se heurte à l’augmentation du coût des matériaux. Cette situation est d’autant plus ressentie dans les régions d’outre-mer avec l’augmentation conjointe du fret maritime. L’ensemble des flux maritimes internationaux a été perturbé par la crise sanitaire. Aujourd’hui, le secteur se heurte en outre à une récession des flux maritimes et une hausse des taux de fret. Il y a donc 3 problématiques impactantes. L’augmentation du coût des matériaux de construction. La pénurie des matériaux. Et donc l’augmentation du fret maritime.

Jusqu’à 75% d’augmentation pour certains matériaux

La cellule économique régionale de la construction (CERC-Guadeloupe) a recensé auprès des principaux fournisseurs de matériaux les augmentations appliquées depuis le début de l’année 2021. Le constat est saisissant. Il y a un véritable coup de chaud sur les prix du bois. A titre d’exemple, pour le contreplaqué la hausse est de l’ordre de 75%, le pin traité (+68%), les panneaux de coffrage (+50%) et les poutrelles d’étaiement (+56%).

S’agissant des autres matériaux, les augmentations sont aussi conséquentes. Le prix du fer à béton est en hausse de 54%. Même tendance pour les treillis soudés (+21%), les matériels électriques (+21%) et la menuiserie aluminium (+15%). Le béton prêt à l’emploi et les granulats suivent une trajectoire similaire, avec des hausses respectives de 13% et de 10%.

Des causes clairement identifiées

A l’origine de cette flambée, la crise sanitaire qui a perturbé les flux maritimes internationaux. La Chine, acteur majeur du commerce international tournait avec 50% de ses effectifs. Un autre évènement est venu amplifier cette crise. L’échouage de l’Evergreen, le porte-conteneur géant, le 23 mars 2021 dans le Canal de Suez. Un incident majeur qui a provoqué l’obstruction de ce dernier et paralysé plus de 10% du commerce mondial pendant une semaine. Ce sont plus de 350 porte-conteneurs qui se sont retrouvés bloqués au large de Suez rallongeant ainsi les temps de trajet.

Pénuries et retards de livraisons en Guadeloupe

Plus récemment, le 11 août 2021, c’est le Port Ningbo qui a dû suspendre toutes ses activités sur un terminal à cause d’un cas de variant delta dans sa structure. Or, il s’agit d’un port essentiel pour assurer les expéditions vers l’Europe et l’Amérique du Nord. La compagnie française CMA-CGM a annoncé que certains de ses navires seraient redirigés vers Shanghai, tandis que l’entreprise allemande Hapag-Lloyd a annoncé des retards dans certaines traversées. Les entreprises guadeloupéennes ressentent ces pénuries de matériaux et subissement des retards de livraison de plus en plus conséquents sans visibilité sur les dates d’arrivée de leurs marchandises.

Les taux de fret ont également explosé. La ligne Asie-Europe du Nord est la plus « nerveuse » avec un tarif à plus de 10 000$ pour un conteneur de 40 pieds. A ces taux s’ajoutent ceux qui s’appliquent pour le transport de marchandises en Guadeloupe. Cette situation ne fait qu’amplifier les difficultés rencontrées par les entreprises. Face à cette situation, CMA CGM a décidé de stopper l’augmentation de ses taux de fret spot du 9 septembre 2021 au 1er février 2022.

Des marchés déjà dénoncés localement

L’augmentation du coût des matériaux, la pénurie de ces derniers ainsi que l’augmentation du fret maritime bouleversent l’activité économique des entreprises locales. Beaucoup d’entre elles souffrent de rupture de stock et se trouvent dans l’incapacité de poursuivre leurs travaux dans les délais ainsi que dans les enveloppes budgétaires initialement prévues. Les entreprises du BTP de la Guadeloupe sont d’autant plus impactées avec l’ajout de l’octroi de mer. Conséquence de cette situation dégradée, des marchés commencent à être dénoncés par les donneurs d’ordre. Ce qui n’est pas du tout bon signe.

(Source : CERC-Guadeloupe)