Hyper Casino Saint-François : procédure de sauvegarde, plan social et plaintes pour vols

L’Hyper Casino Saint-François a été placé en procédure de sauvegarde. Un plan social est annoncé. Des plaintes pour vols visent par ailleurs certains salariés.

C’est officiel. L’Hyper Casino de Saint-François fait désormais l’objet d’une procédure de sauvegarde. La décision est effective et validée par le tribunal mixte de commerce de Pointe-à-Pitre. Un mandataire judiciaire a été nommée. En l’occurrence Maître Marie-Agnès Dumoulin. Dans le même temps, on apprend qu’un plan social a été annoncé. Il ne prévoit pas moins de sept licenciements dans ce magasin en proie à des tensions sociales depuis plusieurs mois.

Vous avez dit procédure de sauvegarde ?

Pour rappel, la procédure de sauvegarde s’adresse aux entreprises en difficulté et qui ne sont pas encore en cessation de paiement. L’objectif d’une telle procédure est de faciliter la réorganisation de l’entreprise pour lui permettre de maintenir son activité économique, les emplois et d’assurer l’apurement de ses dettes. La procédure de sauvegarde s’achève généralement par la mise en place d’un plan de sauvegarde.

Que faut-il entendre par démarques inconnues ?

Par ailleurs, une plainte contre personnes désignées et concomitamment contre X est sur le bureau du Procureur depuis plusieurs semaines. A l’origine de cette action en justice, le niveau élevé sur l’exercice 2019 de la démarque inconnue liée aux vols de marchandises dans le magasin. Il aurait atteint une somme certifiée par le commissaire aux comptes de 444.580€. Pour les 6 premiers mois de cette année 2020, cette démarque se chiffrait déjà à plus de 200.000€. Soit en fait le même rythme annuel. Il faut savoir que dans la grande distribution, le taux moyen de démarque inconnue est d’environ 1%. Dans cet Hyper Casino de Saint-François, il est 4 fois plus élevé.

Plusieurs salariés visés

Ces agissements récurrents ont donc contraint la direction à déposer une plainte auprès du Procureur de la République de Pointe-à-Pitre. Plainte pour des faits de vol, escroquerie et recel. Des images de vidéosurveillance mais également le témoignage clé d’une salariée seraient versés au dossier. C’est la gendarmerie de Saint-François qui est chargée de l’enquête. Depuis, l’on sait que la déposition de directeur du magasin a été prise. Les auditions des personnes soupçonnées devaient suivre.

Des auditions censées permettre aux enquêteurs d’y voir plus clair. Et de confondre s’il y a lieu, les auteurs présumés de ces vols. Lesquels, jusqu’à preuve du contraire, bénéfice bien évidement de la présomption d’innocence. Seules les investigations des enquêteurs permettront ou pas d’imputer ces délits à des membres du personnel. A ce stade, il convient d’être prudent pour ne pas jeter l’opprobre sur l’ensemble des salariés de cet établissement.

500.000€ de pertes vs 440.000€ de vols ?

Le 7 août dernier, une partie du personnel de ce magasin s’était mis en grève. Les grévistes exigeaient notamment une prime covid-19. Actée depuis le 22 mai, elle avait au final été réévaluée de 100€ et portée à 400€. Le conflit avait duré deux semaines. Le protocole d’accord a été signé le 21 août. Il prévoyait au surplus un étalement de la retenue salariale des jours de grève.

L’Hyper Casino de Saint-François a accusé de lourdes pertes l’an dernier. Près de 500.000 euros. L’établissement doit faire face à une rude concurrence du nouveau Carrefour Contact (GBH) situé au centre commercial de Pradel.

Enfin, lors du CSE qui s’est tenu le mardi 8 septembre 2020, en présence du mandataire ad’hoc de l’époque, un plan de restructuration avait déjà été présenté, annonçant la couleur. Il prévoyait notamment la fermeture de la boucherie du magasin.