Lecornu : une visite ministérielle en Guadeloupe aux airs de fête pour Ary Chalus ?

Le président de région Ary Chalus n’apprécie pas le format de la visite en Guadeloupe du ministre de l’outre-mer. Il le lui a fait savoir.

La visite TGV du ministre des outre-mer Sébastien Lecornu en Guadeloupe ce 31 décembre n’est visiblement pas du goût du président de région Ary Chalus. L’exécutif régional trouve-t-il que c’est un déplacement ministériel prétexte sur fond de nouvel an au soleil ?  Le ministre a tout de même prévu d’enchainer plusieurs séquences entre 15h30, heure de son arrivée à Pôle Caraïbes, en provenance de la Martinique et 23h00, heure de la dernière étape de son passage chez nous.

Gendarmerie de Baie-Mahault, SAMU, commissariat central de Pointe-à-Pitre et les sapeurs-pompiers au siège du SDIS. C’est quand même un sacré programme pour une visite de ministre. Qui plus est le dernier jour de l’année. Mais il en fallait beaucoup plus pour convaincre le président de région, de la pertinence de cette venue chez nous.

Absence de concertation

Le format de ce déplacement ministériel ne convient pas à Ary Chalus. L’exécutif régional l’a d’ailleurs fait savoir au ministre dans un courrier daté du 30 décembre. Dans cette missive, Ary Chalus regrette que cette visite officielle intervienne « sans la moindre concertation préalable avec les élus locaux, au premier rang desquels les présidents des deux collectivités majeures de l’archipel ».  

Ary Chalus ajoute je cite, « qu’il s’avère surprenant que la question de la gestion de l’eau, qui demeure l’une des principales préoccupations des guadeloupéens, ne fasse pas l’objet d’une séance de travail visant au moins à consolider un calendrier concerté des décisions nombreuses et importantes qui restent à prendre dans ce dossier ».

Lever la menace sur l’avenir des agents du SIAEAG

L’exécutif régional rappelle en outre, que la quasi-totalité des communautés d’agglo, la région et le département ont récemment délibéré en faveur de la mise en place d’une structure pérenne, en l’occurrence un syndicat mixte ouvert.

Cependant, déplore-t-il, la menace que le ministère des outre-mer laisse planer sur l’avenir des employés du SIAEAG, « appelle une réponse viable, respectueuse du consensus politique inédit exprimé par la représentation locale ».

Un programme aux airs de fête ?

Le président de région enfonce le clou en indiquant que les modalités de gestion de la crise sanitaire actuelles, ses conséquences économiques et sociales, ou encore l’équilibre des finances publiques locales auraient dû davantage figurer au cœur de ce déplacement ministériel. Dans ce courrier, Ary Chalus fait savoir enfin, à Sébastien Lecornu qu’il prend acte des choix effectués et se voit au regret de lui indiquer « que ni le format, ni les conditions d’organisation de sa visite éclair ne permettront à la collectivité régionale de s’y retrouver ».  

On se demande ce qui a bien pu justifier un tel sursaut. Sans doute un trop plein de déplacements ministériels pas franchement « utiles » en Guadeloupe et plus largement dans les outre-mer. Ary Chalus et Sébastien Lecornu ne partageront certainement pas le repas du réveillon du nouvel an.