Municipales en Guadeloupe : accords et ultimes tractations pour le 2ème tour

C’est fini pour le dépôt des listes en vue du 2ème tour des municipales. Le point sur les alliances actées. Sensations garanties à Basse-Terre.

Les listes qualifiées pour le 2ème tour des municipales du 28 juin prochain ont jusqu’à 18h pour faire acte de candidature. Des candidatures qui devront néanmoins être validées ensuite par la préfecture. C’est seulement à ce moment-là qu’elles seront officielles. Dans les 20 communes concernées, les tractations se sont évidemment intensifiées durant le week-end écoulé. Certaines se poursuivaient lundi soir. Des candidats sollicités pour faire alliance ou porter leur soutien ont décidé de jouer la montre pour forcer la décision.

Nimias jette l’éponge à Anse-Bertrand

Voici les informations que nous avons pu recueillir à ce stade. A Anse-Bertrand, on s’oriente vers un duel entre Edouard Delta, le maire sortant et son challenger Daniel Moustache. Arrivé 3ème, Yves Nimias a décidé avec son équipe de ne pas se maintenir. Ni de donner de consignes de vote. Le candidat qui a réuni sur son nom 544 suffrages au 1er tour, a été sollicité par les deux autres camps. Mais il préfère rester en dehors du combat et prendre date pour l’avenir. Pour mémoire, le 15 mars dernier le sortant avait viré en tête avec 200 voix d’avance sur son suivant.

A Baillif, 5 listes peuvent se présenter. Ballotage à priori favorable au maire en place, Marie-Yveline Ponchateau. Reste que la clé du scrutin réside dans la capacité de Sylvie Gustave Dit Duflo à rassembler les autres candidats derrière elle. La conseillère régionale de la majorité accuse un retard de 300 voix. Un rapprochement avec Marie-Lucile Breslau (428 voix) changerait la donne.

Mission impossible pour Penchard ?

A Basse-Terre, c’est la guerre des nerfs pour l’équipe sortante. L’union Atallah-Rodes-Pétro est effective. Le candidat socialiste a confirmé ces ralliements lors d’une conférence de presse. Sonia Pétro et Brigitte Rodes (594 voix) étaient présentes à ses côtés pour ne laisser planer aucun doute. Les choses étaient déjà bien engagées avec Brigitte Rodes (594 voix). Mais le rapprochement avec l’ancienne leader des Républicains en Guadeloupe paraissait moins évident. C’est désormais chose faite. Sonia Pétro (544 voix) était arrivée 4ème au 1er tour. Le maire-sortant du chef-lieu, Marie-Luce Penchard (1124 voix) déjà en ballotage défavorable, est donc en grande difficulté face à cette « union pour rebâtir ensemble Basse-Terre ». Le candidat socialiste André Atallah (1170 voix) s’est réjoui de cette union dont les bases étaient posées avant même le 1er tour.

A Capesterre Belle-Eau, Joël Beaugendre, s’active pour transformer l’essai du 1er tour. L’édile en chef parie sur la prime au sortant et la dynamique qu’il a su impulser. Mais ce n’est pas gagné. Son challenger Jean-Philippe Courtois est à la manœuvre pour conclure un accord avec Hugues Ramdini. Si ce ticket est conclu, les ralliements des « petites » listes vont compter.

Luc Adémar sur un fauteuil éjectable ?

Autre localité à fort enjeu finalement : Deshaies. Ce sera très serré pour la sortante Jeanny Marc. Il ne lui a pourtant manqué que quelques voix pour être réélue dès le 1er tour. L’alliance annoncée entre Fred Goubin arrivé 2ème et Engebert Valluet, 3ème, remettrait tout en cause. Ces deux candidats, sont d’anciens alliés du maire en place. De la haute voltige en vue également à Gourbeyre pour Luc Adémar. Un compromis est définitivement acté entre Claude Edmond, Léïli D’Alexis et Josy Jouyet. De quoi relancer là aussi l’intérêt de ce 2ème tour et sans doute sceller l’issue du scrutin.

Coup de poker au Gosier et à Morne-à-l’Eau

A Gosier, malgré son arrivé en tête à l’issue du 1er tour, Cédric Cornet est loin d’avoir course gagnée. Comme on pouvait s’y attendre, le tandem de l’ombre Gillot-Dupont s’est activé en coulisse. Résultat, à l’exception de Patrice Pierre-Justin, les autres candidats issus de la majorité sortante seraient en passe de se rallier à Jean-Claude Christophe. Si ce scénario se confirme, l’on assistera à une belle bataille dont l’issue pourrait réserver des surprises.

Du côté de Morne-à-l’Eau, 3 listes sur 4 possible se maintiendraient. Georges Hermin, le candidat socialiste arrivé 3ème annonce du lourd. Mais pas d’alliance avec Philipson Francfort, le maire sortant. Le candidat socialiste a conclu un accord avec Ketty Labuthie, l’ancien 1er adjoint de l’équipe sortante. Un rapprochement Hermin-Labuthie qui mathématiquement a du poids.

A Pointe-à-Pitre, les dés sont jetés depuis plusieurs jours. Jacques Bangou sait qu’il va devoir batailler avec deux listes adversaires. Harry Durimel allié à Tania Galvani et Loïc Martol avec Marie-Eugène Trobo-Thomaseau. Marcel Sigiscar devrait finalement rester en dehors de toute chose, après avoir envisager de se rallier à la majorité sortante.

Accord Hubert-Cerci à Port-Louis

A Port-Louis, ce sera très compliqué pour Victor Arthein. Un accord est intervenu entre le conseiller régional Jean-Marie Hubert et Bernard Cerci arrivé 3ème. Le maire sortant était en ballotage défavorable pour 150 voix face son grand opposant. Cerci aurait négocié 2 postes d’adjoints et 3 conseillers municipaux. L’équipe sortante aurait tenté en vain de convaincre le 3ème homme de ce scrutin rallier à sa cause.

Yacou dans la course à Sainte-Rose

La situation très confuse à Sainte-Rose jusqu’à lundi soir, s’est révélée plus claire durant la nuit. Pour mémoire, 4 listes peuvent se maintenir, dont celle du maire en place. Claudine Bajazet avait obtenu 2176 voix contre 1487 à Fauvert Savan, arrivé 2ème. Des discussions laissaient entrevoir un ralliement très large au candidat Savan, à l’exclusion d’Hubert Quiaba (489 voix). Mais finalement, c’est un tout autre scénario qui s’est joué. Henri Yacou (1168 voix), a annoncé une alliance entre sa liste Sainte-Rose En Nous et celle conduite par Hubert Quiaba, le Pacte Sainte-Rosien. Cette alliance sera soutenue également par 4 candidats du premier tour et des groupes politiques. A savoir, Marie-Laure Aigle, Joseph Lacrosse, Tony Grava et Nicolas Racon. On s’achemine donc à Sainte-Rose vers une triangulaire Bajazet, Savan et Yacou.

A Saint-François, les heures à venir ne seront pas de tout repos. Laurent Bernier le maire sortant est sous la menace d’une alliance probable entre Bernard Pancrel et Jean-Luc Périan. L’attitude de l’autre candidate du PPDG, Sophie Péroumal sera déterminante. Quant aux marges de négociations de Bernier, elles paraissent quasiment nulles.

Stratégie à haut risque à Terre-de-Bas

Devancé de 39 voix par son ancienne 1ère adjointe Rolande Nadille-Vala, Emmanuel Duval, le maire de Terre-de-Bas joue son va-tout. D’où ce rapprochement avec son opposante historique, Monique Brudey-Beaujour, 3ème avec 140 voix. Un accord obtenu dit-on au forceps mais qui ne ferait pas l’unanimité dans le propre camp du sortant. Gabriel Foy relégué à la 7ème place de la liste fusionnée, serait le sacrifié de l’affaire.

Enfin, à Vieux-Habitants, cela devrait se jouer à quelques dizaines de voix entre Jules OTTO et Aramis Arbaud le maire sortant, arrivé 2ème. Gaston Géran qui aurait pu se maintenir avec ses 445 suffrages a décidé de faire alliance avec Arbaud. Lors du 1er tour, le candidat socialiste obtenu 270 voix de plus que son adversaire.  

Il faudra suivre bien entendu ce qui se dessinera de même dans les autres communes concernées par ce 2ème tour. Sainte-Anne, Désirade, Capesterre de Marie-Galante, Saint-Louis, Terre-de-Haut et Vieux-Fort. D’autres infos à venir.