Philippe Gustin s’en va, c’est acté !

Le préfet de Guadeloupe Philippe Gustin rentre mercredi de Paris. Il va faire ses valises pour la direction générale des outre-mer, rue Oudinot. En attendant mieux ?

Cette fois ce sera la bonne. Après un peu plus de deux ans passés à la tête de la préfecture de Guadeloupe, Philippe Gustin connait sa nouvelle affectation. Ce sera selon toute vraisemblance et sauf changement, la direction générale des outre-mer, rue Oudinot. L’annonce officielle devrait intervenir sous peu et son successeur, désigné dans la foulée.

Rappelons que Philippe Gustin avait été nommé préfet de Guadeloupe le 9 mai 2018. Auparavant, il avait occupé la fonction de délégué interministériel à la reconstruction des îles du nord après Irma et Maria. Fonction qu’il a conservé un temps, en plus de ses responsabilités de préfet de notre archipel. Depuis le début de l’année, son départ était régulièrement évoqué. Tout semblait indiquer que le timing retenu se situait juste après les élections municipales et communautaires. Mais la crise du covid-19 a manifestement tout décalé. Un épisode que le représentant de l’Etat a globalement bien géré, en faisant respecter scrupuleusement les mesures de confinements. Dans un sondage Qualistat sur la gestion de cette crise sanitaire, il avait d’ailleurs été plébiscité par les guadeloupéens interrogés.

Sa gestion de crise du covid-19 comme carte de visite ?

La Guadeloupe retiendra en outre que Philippe Gustin a imposé à l’île un couvre-feu total durant tout un week-end pascal, du samedi après-midi au mardi matin 5h. Du jamais vu. Pour la petite histoire, le préfet de région avait survolé la Guadeloupe pendant ce week-end de Pâques afin de constater l’efficacité des mesures prises. Et se réjouir de la discipline des guadeloupéens. Il n’empêche qu’un arrêt des croisières plus tôt, aurait sans doute évité à notre archipel l’explosion du nombre de cas de coronavirus tel que nous l’avons connu en début de crise.

Philippe Gustin restera par ailleurs le préfet des radars tourelles. C’est lui qui a assumé leur déploiement bravant les oppositions et pétitions. Sur le plan politique, Jacques Bangou, l’ancien maire de Pointe-à-Pitre aurait certainement apprécié qu’il soit parti un an plus tôt. Et pour cause. La procédure de révocation qu’il projetait d’engager contre l’ex-chef d’édilité pointois, avait contraint ce dernier à démissionner. C’était le seul moyen pour Jacques Bangou de se représenter. La suite est connue. La pression exercée par Gustin a considérablement impacté politiquement l’ancien maire de Pointe-à-Pitre.

Le préfet qui aura fait avancer le dossier de l’eau en Guadeloupe

Autre élément à porter au tableau de chasse du futur ex-préfet de Guadeloupe, le dossier de l’eau. Son autorité et sa méthode parfois directive au possible, voire méprisante à l’égard de nos élus, ont néanmoins permis de faire avancer les choses. L’évolution de la gouvernance de l’eau en Guadeloupe est sur les rails. En l’espace de deux mois, grâce aux réquisitions prises et la mobilisation d’entreprises guadeloupéennes et de l’hexagone, près de 2.000 fuites ont été réparées sur le réseau. Son successeur prendra la suite.

Un futur poste très influent au ministère des outre-mer

Mais Philippe Gustin ne sera pas déconnecté de nos régions. Selon nos informations, il devrait être nommé dans les prochaines heures à la direction générale des outre-mer au ministère. Un poste-clé qui lui assurera d’avoir la main sur tous les dossiers qui concernent nos régions, en appui au ministre Sébastien Lecornu.  Dans la perspective de la prochaine présidentielle, l’on devine l’importance stratégique de ce choix forcément validé par l’Elysée. Il faut savoir que la DGOM concentre pas moins de 160 agents.

Les compétences de la DGOM s’étendent désormais à l’évaluation des politiques publiques et à la prospective. Activités indispensables au pilotage des interventions de l’État, permettant notamment de mieux apprécier l’efficience des dispositifs spécifiques des outre-mer. Tout en développant une vision globale des outre-mer, la DGOM contribue, en lien étroit avec les préfets, à la définition d’une stratégie de l’État pour chacune de nos régions.  

A la manœuvre sur tous les grands dossiers

Parmi les prérogatives du DGOM, la gestion de dotations spécifiques aux collectivités territoriales d’outre-mer. De même que le suivi des finances des collectivités territoriales d’outre-mer. Et lorsque celles-ci sont dégradées, la mise en place de procédures de redressement.

Reste que de l’avis de certains observateurs cette DGOM ne revêtirait que l’aspect d’un embryon d’administration centrale qui peinent à revivre. Une administration qui s’emploierait surtout à réglementer, sans réelle expérience des territoires, avec un défaut de réactivité.

Avec cette nomination à la tête de l’administration centrale du ministère des outre-mer, Philippe Gustin prend du galon. Il va forcément peser sur toutes les décisions gouvernementales qui seront mises en œuvre dans nos régions. Son successeur n’était pas encore connu lundi soir. Cela ne saurait tarder.

En attendant mieux ?

Mais d’aucuns pensent que le vrai point de chute stratégique pour Gustin aurait été en réalité un rôle de conseiller outre-mer à l’Elysée. Un poste à pourvoir depuis 6 mois ou à Matignon. Un autre poste à pourvoir depuis quelques jours. Maintenant que le très probable successeur de Gustin ne l’occupe plus. Ou alors, tout bêtement DirCab de Lecornu au MOM. Fonction que le futur ex-préfet de Guadeloupe a déjà occupé dans une autre vie au conseil départemental de l’Eure. Mais aussi aux côtés de Luc Chatel au ministère de l’Education nationale de l’été 2009 à février 2012.

Ces nouvelles fonctions ne sont cependant pas ce qu’il y a de pire pour Philippe Gustin. La collaboration aurait été en effet compliquée avec Annick Girardin. Là où à contrario avec Sébastien Lecornu comme ministre des outre-mer, il s’entend très bien. Et Gérald Darmanin, à la gestion du corps préfectoral. De quoi permettre au futur ancien préfet de Guadeloupe, de rebondir avantageusement.

Show CommentsClose Comments