Pointe-à-Pitre : Bangou et Gatibelza recadrent sèchement Durimel

L’ancienne majorité municipale pointoise réagit vivement aux propos tenus par le maire Harry Durimel sur ETV. La polémique enfle.  

C’est cette histoire de mobilier du bureau du maire qui visiblement n’a pas été du goût de l’ancienne majorité municipale de Pointe-à-Pitre. Un mobilier qui selon les dires de l’actuel maire de la ville aurait disparu avant sa prise de fonction. Des propos tenus dans Questions Sans Détour sur ETV et qui n’ont pas manqué de faire réagir Jacques Bangou. Mais aussi Josiane Gatibelza, sa 1ère adjointe qui lui avait succédé à quelques mois des élections pour lui éviter d’être révoqué. Dans un communiqué de presse l’ancien chef d’édilité pointois met les choses au clair.

Jacques Bagou obligé de sortir de sa réserve

« Je me suis imposé un droit de réserve après les élections municipales car je crois en une démocratie où chaque majorité doit pouvoir dérouler son programme conformément à ses promesses. L’opposition doit être force de contre propositions s’il en est besoin. Elle doit rester au plus prêt de la population. Surtout quand on sait qu’une part importante de celle-ci lui fait confiance. Mais, les dérives du Maire de Pointe-à-Pitre Harry Durimel et le retour au naturel de la hargne qui le caractérise me semblent mériter réponse » écrit Jacques Bangou.

« Je n’ai pas mis les pieds à l’hôtel de ville bien avant même le deuxième tour des élections. Le Maire Josiane Gatibelza a de manière fort républicaine fait astiquer le bureau du chef d’édilité pour le recevoir. Mais aussitôt l’élection passée, les membres de l’équipe majoritaire se sont précipités pour dire qu’il fallait faire table rase de tout ce qui pouvait entretenir le souvenir des maires antérieurs. Les premières dépenses du maire n’ont donc pas été de donner à manger aux écoliers mais l’ont été pour refaire un bureau à son image allant jusqu’à casser la kitchenette attenante » a-t-il poursuivi.

Mensonges absolus ?

« Sa directrice de cabinet a appelé les services de affaires culturelle pour vider les murs de tous les tableaux vitrine pour des artistes Guadeloupéens. Il a ensuite été à CAP Excellence prétendre que c’est moi qui avait vidé le bureau et à formulé la demande d’un bureau dans les locaux de la communauté d’agglomération. Mensonges absolus. Jamais je n’aurais touché à un tel symbole. Ma force, c’est mon honnêteté. Elle me permet de faire front aux attaques incessantes de ceux qui détournent l’appareil judiciaire au profit de leurs ambitions politiques. Je mets au défit quiconque de me mettre en lien avec ce que le maire en place a fait du bureau qui lui a été laissé et qui était sous sa responsabilité » a encore écrit Jacques Bangou. Ambiance.

Josiane Gatibelza furieuse

Un peu plus tôt, Josiane Gatibelza nous adressait une mise au point suite aux déclarations de l’actuel maire de Pointe-à-Pitre. « J’ai occupé ce bureau jusqu’au vendredi 3 juillet. Je l’ai laissé entièrement meublé, nettoyé et astiqué afin d’accueillir le nouveau maire dans de bonnes conditions. Il n’a pu être déménagé au soir des élections du 28 juin. C’est une contre vérité qui me choque car elle met en doute mon honnêteté. Je vous demande de porter mon démenti au public. Ce bureau a été déménagé après le 4 juillet sur un ordre qui ne vient pas de moi et encore moins de Jacques Bangou » nous a-t-elle indiqué. Voilà qui promet lors du prochain conseil municipal.