Régionales : Marcelle Pierrot entretient le mystère habilement

L’ancienne préfète de Guadeloupe Marcelle Pierrot n’a pas démenti nos informations sur son éventuel engagement aux régionales. Elle s’est exprimée sur ECLAIR FMTV dans Midi-Pile.

L’évocation même de son possible engagement politique pour les régionales sur notre site semble faire bouger les lignes. Cette éventualité dont nous nous sommes fait l’écho n’est sans doute pas étrangère à la déclaration de candidature parue précipitée de Josette Borel-Lincertin. La candidate du PS devait exister médiatiquement vendredi, avant que Max Mathiasin ne se déclare candidat.

Le contexte se tend

Plus encore après que l’un de ses alliés historiques, en l’occurrence le PPDG ait lâché le PS local, pour apporter son soutien au député de la 3ème circonscription. Il fallait donc que JBL fasse entendre sa voix. A-t-elle été audible ? Etait-ce le bon timing ? Une chose est sûre, cela ne transpirait pas la sérénité, ni la force tranquille.

Au point sans doute que Victorin Lurel ait été contraint d’assurer le service après-vente, chez nos confrères de RCI samedi matin. Le sénateur socialiste a sorti la boite à gifles. Mathiasin, le PPDG et consorts en ont pris pour leurs grades. Ambiance.

Beaucoup d’appels l’encourageant à s’engager

Parallèlement, le possible engagement politique de Marcelle Pierrot pour ces régionales prend de l’épaisseur. Avec les socialistes ou ailleurs. La crédibilité de l’ancienne préfète guadeloupéenne ne fait aucun doute. Mais l’intéressé entretient habilement le mystère sur ses intentions réelles.

« Depuis la parution de votre article, j’ai reçu de nombreux appels qui m’encourageaient à m’engager » a-t-elle déclaré vendredi dans Midi-Pile sur ECLAIR FMTV. « Mais vous savez, je ne suis pas une femme politique. Même si je dois avouer que ces appels ont participé à enrichir ma réflexion ».

« Le contexte me semble se tendre. Les uns et les autres se découvrent. J’observe pour l’instant. Il y en a qui doivent beaucoup discuter de ma position« 

Et Marcelle Pierrot d’ajouter qu’elle a toujours voulue servir son pays. « Je l’ai fait dans mes dernières fonctions qui réclamaient de la neutralité de ma part, puisque j’étais préfète. Je le fais depuis 5 ans, sous d’autres bannières, dans des associations, des fondations, qui oeuvrent au bénéfice des plus vulnérables de nos jeunes par exemple. Mais je ne suis pas une femme politique. Je peux mettre à disposition mon expertise, mon expérience ».

Savoir oser ?

« Alors que j’étais en pleine réflexion, je me suis souvenue qu’il y a un mois j’avais dit à des jeunes femmes qui m’écoutaient, qu’il fallait savoir oser. Mais en la circonstance ce n’est pas si simple. Même si je crois avoir les compétences en matière de gestion d’un territoire » a confié Marcelle Pierrot.

« Le contexte me semble se tendre. Les uns et les autres se découvrent. J’observe pour l’instant. Mais quelle que soit ma décision et la forme qu’elle prendra, sachez que mon horizon, c’est servir l’intérêt général, comme je l’ai toujours fait. Il y en a qui doivent beaucoup discuter de ma position et de ma disponibilité en tout cas. Mais pour l’instant je n’ai pas encore décidé » a conclue la préfète honoraire guadeloupéenne.

Des propos révélateurs d’une hauteur de vue certaine. Une posture qui tranchent avec les violentes charges verbales du moment entre les anciens alliés du socle de la gauche.