Remaniement : qui pour le ministère de l’outre-mer ?

Le nouveau premier ministre Jean Castex est à la manœuvre pour la composition du gouvernement. Pour l’outre-mer, ce ne sera pas Patrick Karam.

Les choses se sont donc accélérées. Après le verdict du second tour des municipales, le président Macron pouvait-il trainer ? Vendredi matin, Edouard Philippe a donc remis la démission de son gouvernement au chef de l’Etat. Lequel l’a acceptée. Très rapidement, un nouveau premier ministre a été nommé. Jean Castex qui était chargé du déconfinement durant la crise sanitaire a été propulsé chef du gouvernement par Emmanuel Macron. Ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée sous Sarkozy, maire de Prades (Pyrénées-Orientales), ce haut fonctionnaire a le profil du poste. Elu local de droite, énarque, a occupé la fonction de délégué interministériel pour les JO de Paris.

L’homme est connu par sa discrétion, son efficacité, son sens du consensus et sa loyauté. Un cv parfait pour ne pas faire de l’ombre au président de la République. Ce qui fait dire que le patron de Matignon sera davantage un collaborateur du chef de l’Etat. Lequel l’a d’ailleurs flanqué d’un directeur de cabinet de son choix.

Les poids plume n’ont aucune chance

Reste à présent à composer le nouveau gouvernement. Une alchimie complexe où rien n’est laissé au hasard. Car le casting d’une équipe gouvernementale est à lui seul un puissant message politique. Le président Macron, on l’a compris, a comme objectif la prochaine élection présidentielle. Il joue sa réélection. Pour espérer entrer dans ce futur gouvernement, il faudra donc avoir un poids politique certain, en plus de la maîtrise de son sujet. La cosmétique a fait son temps.

S’agissant singulièrement du ministère des outre-mer, à quoi faut-il s’attendre. Récemment évoquée, la piste Patrick Karam est à écarter. Le vice-président LR de la région Île-de-France n’est pas intéressé. Il l’a confié à Paris à notre confrère François-Xavier Guillerm. Ce guadeloupéen, ancien délégué interministériel à l’égalité des chances des français de l’outre-mer, à sa méthode. Agir de l’extérieur et influencer les décisions. C’est ce qu’il vient de faire de manière magistrale.

La méthode Karam sans être ministre

Pour mémoire, Patrick Karam est à l’initiative d’une lettre ouverte signée par près de 190 personnalités et associations ultramarine sur la crise sanitaire dans nos régions. Lettre par laquelle, il avait saisi le chef de l’Etat, appelant de ses vœux « une stratégie d’anticipation pour éviter l’engrenage de la crise ». Message reçu 5 sur 5 par l’Elysée. Le président Macron lui a d’ailleurs répondu personnellement et repris à son compte ses propositions. Depuis ces échanges, Patrick Karam d’ailleurs été mis en relation par le chef de l’Etat avec son directeur de cabinet Patrick Strzoda. Comment mieux valider une méthode.

Les pistes chaudes

A la question qui pour succéder à Annick Girardin au MOM, il semble définitivement acté que ce ne sera pas un ultramarin. Une rupture nécessaire aux yeux du chef de l’Etat. Plusieurs noms sont cités. Stéphane Le Foll, l’ancien ministre de l’agriculture de François Hollande. Jean-Pierre Philibert, l’actuel président de la FEDOM, la fédération des entreprises des DOM, qui a clairement fait acte de candidature. La piste Jean-François Carenco que nous avions évoqué dans nos colonnes reste chaude. Nous serons vite fixés.