Saint-François : on ne touche pas au Colombo !

Le restaurant en vogue de la Coulée à St-François semble déranger certains. La direction de l’établissement ne se laissera pas faire.

C’est la rançon du succès : les emmerdes. Le restaurant Le Colombo situé à la Coulée à Saint-François a su se renouveler depuis le déconfinement. Et son extension sur la plage juste en face de son implantation historique, avec les aménagements en rapport, a séduit une clientèle encore plus large. Un succès qui s’est amplifié au fil des semaines. Mais l’on apprend que depuis quelques temps l’établissement serait la cible de personnes supposées être des riverains, selon la direction. Cette dernière a décidé de communiquer publiquement sur ce qu’on lui reproche.

Qui est derrière cette pétition ?

« Ces personnes dénoncent auprès des autorités une dangereuse dégradation de l’environnement. Et affirment être privées du domaine public de l’Etat » indique le gérant Rudy Nainan. « Nous sommes aussi accusés de ne pas respecter le règlement sanitaire et départemental. De manquer d’hygiène, d’avoir effectué un comblement en tuf sur le littoral et d’avoir construit un pont donnant accès à une plateforme implantée dans la mer » poursuit-il. « Enfin, nous serions responsables d’avoir coupé la route pour faire passer des tuyaux d’eau et d’électricité afin d’améliorer notre confort sur le littoral sans aucune autorisation ». Autant de griefs contre lesquelles le patron du Colombo s’inscrit en faux. En plus du fait que le vigile du restaurant bloquerait la circulation sur la D118 pour faciliter le stationnement de la clientèle.

La direction affirme être clean

Dans sa communication au public, le restaurant Le Colombo rappelle avoir été créé en 1974. Qu’actuellement l’établissement fait vivre 25 employés à temps plein. Outre les extras du week-end et les emplois indirects. L’entreprise saint-franciscaine se pose en acteur économique important et impliqué dans le tissu associatif local. Son crédo, dixit la direction, est d’offrir des moments de bonheur à ses clients.

Oui, nous avons du succès parce que nous offrons de petits moments de bonheur. Non, nous ne laisserons pas les signataires d’une pétition mensongère détruire un outil de travail cinquantenaire

En réponse à ses détracteurs, le restaurant Le Colombo indique respecter la loi. Il affirme disposer d’une convention d’occupation précaire en bonne et due forme. Quant aux contrôles consécutifs à ces dénonciations, ils n’auraient révélé aucun manquement, ni aucune infraction. « Nous n’avons effectué aucun comblement de route, fait passer aucun câble et procéder à aucune modification du littoral » déclare le gérant. « Oui, nous avons du succès parce que nous offrons de petits moments de bonheur. Non, nous ne laisserons pas les signataires d’une pétition mensongère détruire un outil de travail cinquantenaire » a-t-il martelé.

Enfin, la direction du Colombo précise que ni la nouvelle, ni l’ancienne municipalité ne sont concernées en rien dans les relations contractuelles de l’entreprise avec l’ONF. Comme pour couper court à toutes volontés de politiser à outrance ce qui à priori n’a pas lieu d’être. La suite au prochain épisode.