Social : fin de la grève aux sablières de Guadeloupe

Un protocole d’accord de fin de conflit a été signé jeudi soir, entre syndicat et direction dans le conflit des Sablières. Les collectivités et le préfet se sont fortement impliqués dans l’affaire.

C’est vers 23h30 que cet accord est finalement intervenu dans le conflit des Sablières de Guadeloupe à Gourbeyre. Cette grève opposait depuis 4 mois les salariés de l’entreprise à la direction. Les négociations entre les parties et facilitées par la Région Guadeloupe, le Département ainsi que les services de l’Etat, ont finalement trouvé une issue favorable.

Les parties avaient rendez-vous jeudi après-midi dans les locaux de la DIECCTE à Basse-Terre. Plusieurs heures de négociations se sont avérées nécessaire pour déboucher sur ce compromis. Le protocole de sortie de crise a été signé à 23h27. Il acte les points d’accord qui engagent les partenaires à maintenir un dialogue social.

Les principaux termes de l’accord

L’accord prévoit notamment l’embauche de certains intérimaires en CDI à temps plein. Deux électrotechniciens et un manœuvre. Des dispositions particulières sont prévues pour les 3 intérimaires objets de la demande de l’UGTG. Le conseil régional s’est ainsi engagé à mettre en place un parcours de qualification au bénéfice des intérimaires qui le souhaitent en lien avec Pôle Emploi.

A l’issue de cette période de formation, les intéressés seront accompagnés en vue d’un recrutement sur un emploi pérenne. Autre point sur lequel les parties sont tombées d’accord, l’augmentation d’un euro de la valeur facial des tickets restaurants.

Pas de paiement des jours de grève ?

S’agissant du paiement des jours non travaillés, un plan d’accompagnement de sortie de conflit figure dans ce protocole. Il prévoit que les salariés qui le souhaitent pourront être indemnisés du reliquat de leurs jours de congés 2020. De même que la mise en place pour tous les salariés d’une prime d’objectif exceptionnelle pour 2021 de 3600€. Celle-ci sera décomposée comme suit. Un versement immédiat de 1.800€ à la reprise de l’activité. Puis trois versements en mai, septembre et novembre 2021, en fonction du tonnage vendu.

Région, Département et préfet en facilitateurs

Le président de Région salue cet accord obtenu grâce à l’implication et à la bonne volonté de tous. Soucieux de l’apaisement du climat social, Ary Chalus, s’est par ailleurs impliqué et engagé, dans le cadre de la politique de formation professionnelle de la Collectivité Régionale à accompagner les demandes de formations des salariés.

Il ne reste plus au préfet, au président de région et à la présidente du département, dont les rôles de facilitateurs ont l’air d’être très efficaces dans tous les conflits, qu’à mettre à profit leurs talents sur le front de la grève des communes.

« S’agissant des prérogatives en matière d’insertion, des propositions seront également soumises à certains salariés au sein d’entreprises du BTP. Un engagement supplémentaire pour la Région Guadeloupe qui vient s’ajouter à celui déjà formulé la semaine dernière. Auprès cette fois des représentants syndicaux de la Société Antillaise de Granulat (S.A.D.G.). Dans le cadre des négociations de fin de conflit de la carrière de Deshaies » a indiqué le président de région.

Une bonne nouvelle pour le BTP

« Le long conflit à la sablière de Gourbeyre s’est achevé ce soir avec la signature d’un accord pour lequel le département a joué le rôle de facilitateur aux côtés du préfet de région et de la région Guadeloupe », a pour sa part réagit la présidente du conseil départemental Josette Borel-Lincertin sur twitter.  « Une bonne nouvelle pour le BTP qui doit vite retrouver sa pleine activité » a ajouté l’exécutif du département dans cette réaction à chaud.

Il ne reste plus au préfet, au président de région et à la présidente du département, dont les rôles de facilitateurs ont l’air d’être très efficaces dans tous les conflits, qu’à mettre à profit leurs talents sur le front de la grève des communes. Car il va sans doute falloir beaucoup d’énergie pour rapprocher les positions entre l’UTC-UGTG cette fois et les maires de Guadeloupe. C’est le dernier grand conflit à régler dans le département, avant que d’autres mouvements ne viennent rythmer l’actualité sociale en Guadeloupe, dans ce contexte de crise.