SYVADE : Rémy Senneville sera-t-il débarqué ?

Le vice-président du SYVADE, conseiller communautaire à la CANBT craint d’être éjecté de son siège. Mais au profit de qui ?

« GUSR veut m’éliminer politiquement ». Rémy Senneville en est convaincu et il ne mâche pas ses mots en l’affirmant. Le conseiller municipal de l’opposition à Goyave et conseiller communautaire de la minorité au sein de la CANBT estime être la cible du président Losbar. Plus encore depuis qu’il a été élu, contre toute attente, vice-président du SYVADE. Si l’on en croit Rémy Senneville, la nouvelle gouvernance de la communauté d’agglomération du nord Basse-Terre s’activerait pour lui assurer beaucoup moins de visibilité. En témoigne, selon l’intéressé, l’ordre du jour du conseil communautaire de la CANBT convoqué ce samedi 22 août 2020, à 9h, la mairie de Petit-Bourg.

Deux des 19 points inscrits provoque la colère du conseiller départemental et élu municipal de l’opposition à Goyave. Deux points qui selon toute vraisemblance en disent long sur les intentions de la présidence de la CANBT. Sauf à considérer que les inquiétudes de Rémy Senneville ne soient totalement infondées. Et que ce dernier serait en plein délire paranoïaque. A l’issue du conseil communautaire de demain samedi, on y verra plus clair.

Ferdy Louisy en embuscade ?

 Pour mémoire, il y a quelques jours, Rémy Senneville avait été désigné comme représentant de la CANBT au SYVADE. Le nouveau président du syndicat de valorisation des déchets Dominique Biras, dès son élection acquise, lui a proposé une vice-présidence. Le conseil syndical du SYVADE a voté en ce sens. Et c’est cela qui visiblement poserait problème. Le maire de Goyave, Ferdy Louisy, dont la proximité avec GUSR n’est plus un secret, serait-il à la manœuvre ? Est-il en piste pour souffler à Senneville cette représentation et cette vice-présidence du SYVADE ?

Une chose est sûre, les élus de la CANBT sont appelés à se prononcer samedi 22 août sur le retrait de la délibération n°23 du 31 juillet 2020 relative à la désignation de leurs représentants au SYVADE. Dans la foulée, ils devront refaire le match et donc désigner à nouveau ceux qui siégeront au sein de ce syndicat au nom de la CANBT.

Corriger un simple oubli ?

Officiellement, du moins à la lecture de la note de synthèse relative à ce point de l’ordre du jour, « il est proposé aux conseillers communautaires de faire acte de candidature pour siéger et représenter la CANBT au sein du comité syndical du SYVADE. La décision portera dans un premier temps sur la désignation des délégués titulaires, puis des délégués suppléants« . En réalité, lors de la désignation initiale de ces représentants, seuls les titulaires avaient été choisis, pas les suppléants. C’est à priori ce qui justifierait ce nouveau vote. Il appartient à Rémy Senneville de renouveler son souhait de représenter la CANBT au SYVADE et de faire acte de candidature à cette fin. S’il est réélu dans les mêmes conditions, il se sera alors agité pour rien. Parfois, en politique, la stratégie qui consiste à tirer le premier peut s’avérer payante ou pas.