Tourisme : le plan du gouvernement pour sauver le secteur

Le 1er ministre Edouard Philippe a dévoilé son plan Marshall pour sauver le secteur du tourisme. Il sera possible de venir en vacances en Guadeloupe. Mais des zones d’ombres demeurent.

« Les Français pourront partir en vacances en France et Outre-mer au mois de juillet et au mois d’août ». C’est le chef du gouvernement Edouard Philippe lui-même qui l’a déclaré jeudi 14 mai. Mais sous réserve de possibles restrictions locales en fonction de l’évolution de l’épidémie de coronavirus dans nos départements. Le feu vert a donc été donné par le patron de Matignon pour que les billets au départ de Paris puissent être réservés. D’autant que les acteurs du tourisme dans nos régions, s’engagent à rembourser ces réservations intégralement, « dans l’hypothèse où l’évolution de l’épidémie ne rendrait pas possible le départ en vacances ». Bonne nouvelle également pour nos compatriotes guadeloupéens qui cela se confirme pourront plus facilement venir se ressourcer au pays. Reste la question des limitations de nombre de passagers imposées aux compagnies aériennes.

18 milliards d’euros d’engagements au plan national

Le gouvernement a donc pris la pleine mesure du désastre causé au secteur du tourisme par la crise du covid-19. D’où ce traitement de choc annoncé par le 1er ministre. Il s’agit d’aider l’industrie touristique à « faire face à la pire épreuve de son histoire moderne, alors que c’est un fleuron de l’économie française ». L’Etat mobilisera donc 18 milliards d’euros à cette fin. Les professionnels n’en attendaient pas moins. C’est que les mesures déclinées vont dans le bon sens. A commencer par la réouverture des restaurants envisagée dès le 2 juin prochain dans les départements verts.

Renforcement des PGE

Par ailleurs, le fonds de solidarité restera ouvert pour les entreprises du secteur CHR-Tourisme, événementiel, sport et culture jusqu’à la fin de l’année 2020. Son accès sera élargi à des entreprises de plus grande taille. Celles qui ont jusqu’à 20 salariés et jusqu’à 2 millions d’euros de chiffres d’affaire. L’aide à laquelle ce fonds pourra donner droit sera augmentée jusqu’à 10 000 €. « Les dispositifs de prêts seront renforcés », a indiqué Edouard Philippe, avec un plafond qui pourra atteindre le chiffre d’affaires des trois meilleurs mois de l’année précédente. On notera aussi que les entreprises du tourisme et de l’évènementiel pourront continuer de recourir à l’activité partielle dans les mêmes conditions jusqu’à la fin du mois de septembre 2020. Au-delà, le chômage partiel leur restera ouvert si leur activité ne reprend que progressivement, dans des conditions qui seront le cas échéant revues.

La caisse des dépôts et Bpifrance mobilisées

En outre, un plan d’investissements en fonds propres de 1,3 milliards d’euros sera porté par la caisse des dépôts et par Bpifrance pour un effet attendu en matière d’investissement de 6,7 milliards d’euros. Autre annonce faite par le chef du gouvernement durant ce comité interministériel du tourisme. Une exonération de cotisations sociales s’appliquera aux TPE et aux PME pendant la période de fermeture ou de très faible activité, au moins de mars à juin, pour un montant estimé à 2,2 Md€. Enfin, les collectivités locales qui le souhaiteront pourront alléger la taxe de séjour des hébergements touristiques. Elles seront libres également de décider d’une réduction des deux tiers de la cotisation foncière des entreprises du tourisme. L’état en financera la moitié.